Publicité

Siège de Paris par les agriculteurs : l’important dispositif de sécurité fixé par Gérald Darmanin

Les actions des agriculteurs se poursuivent ce lundi 29 janvier. Les cortèges ont entouré la capitale et plusieurs grandes villes pour manifester leur colère. Si les forces de l’ordre sont appelées à la "modération", le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin a annoncé la mobilisation de "15 000 policiers et gendarmes", après une cellule interministérielle de crise dimanche 28 janvier aux côtés de son collègue à l’Agriculture Marc Fesneau. Comme le relaie franceinfo, des "unités de forces mobiles" seront déployées, ainsi que "des véhicules blindés de la gendarmerie nationale et des hélicoptères de la gendarmerie nationale pour regarder et anticiper les mouvements des tracteurs".

Les "lignes rouges" à ne pas franchir

Le chef de Beauvau a fixé ses "lignes rouges". Il souhaite éviter un siège de Paris et un blocage du marché de Rungis. Les forces de l’ordre doivent ainsi empêcher les tracteurs d'entrer dans les villes "notamment les grandes villes, évidemment Paris et les grandes capitales régionales". Le marché de Rungis doit également "continuer à fonctionner". De même pour "les grands aéroports parisiens Roissy et Orly mais aussi les aéroports provinciaux", relate franceinfo.

À lire aussi Colère des agriculteurs : le plan de Gabriel Attal pour sortir de la crise

Les agriculteurs n’ont néanmoins pas la volonté de pénétrer dans Paris, mais bien de bloquer la capitale dès 14h. Comme convenu, les tracteurs se sont donc installés ce lundi sur plusieurs axes dont l’A6...


Lire la suite sur LeJDD