Le shutdown de 1995 avait des airs de Donald Trump

Matthieu Balu
Newt Gingrich avait décidé de ne pas céder... après avoir été snobbé par le président Clinton.

INTERNATIONAL - Le shutdown de Donald Trump est officiellement le plus long de l'histoire des États-Unis à partir de ce samedi 12 janvier: un titre qui relègue au second rang des 21 jours de chômage technique du gouvernement fédéral celle de la fin de l'année 1995. Organisée à la suite d'une querelle entre le président Clinton et la majorité républicaine à la Chambre des représentants, la querelle portait sur le budget...mais pas uniquement, comme vous pouvez le découvrir dans la vidéo en tête de cet article.

Newt Gingrich, à l'époque figure montante des Républicains et président de la chambre basse, a en effet révélé lors d'une confidence au Washington Post que son intransigeance face au budget proposé par la Maison Blanche était principalement due à ... l'attitude de Bill Clinton lorsqu'ils avaient voyagé ensemble dans l'avion présidentiel, le célèbre Air Force One. Clinton n'aurait pas adressé la parole du voyage à Gingrich, ce qui a profondément vexé ce dernier.

Cette révélation a fait basculer les débats dans le pays, faisant de Gingrich la cible de qualificatifs comme "mesquin" et "infantile" de la part des démocrates, mais aussi de l'opinion qui subit alors les conséquences de ce shutdown. L'attaque la plus célèbre revient au New York Daily News, dont la couverture ornée d'un Gingrich caricaturé en bébé a été brandie jusque dans l'enceinte de la Chambre des représentants.

L'épisode aurait sa place dans la présidence de Donald Trump, qui a aussi eu le droit à une Une similaire et dont on ne compte plus les critiques touchant son tempérament impétueux. Sans parler de sa tendance à prendre des décisions selon des critères bien peu présidentiels. Newt Gingrich, qui dit parler au président américain environ une fois par semaine, a déjà fait savoir qu'il ne dirait pas non à un poste à la Maison Blanche.

À voir aussi sur Le HuffPost:


Lire aussi:

Retrouvez cet article sur le Huffington Post