Le shintoïsme, la spiritualité la plus verte

Le shintoïsme est un culte polythéiste, pratiqué par la majorité des Japonais, qui vénère les forces qui animent la nature. Il a été « créé » pour unifier les différentes croyances antiques et les distinguer du bouddhisme chinois.

Humblement incliné face à un arbre, un adepte du shintoïsme prie un kami (dieu) de la forêt de l’autoriser à couper du bois pour se chauffer. Voilà pour le cliché du shintoïsme, la « voie des dieux », une croyance japonaise animiste et polythéiste, souvent assimilée à un culte de la nature. Ce mélange de mythes et de traditions est aux antipodes des conceptions occidentales. Par exemple, les adeptes ne sont pas soumis à un culte exclusif ; ils peuvent être bouddhistes le temps d’un enterrement, chrétiens lors d’un mariage à l’église et renouer avec le shintoïsme pour une cérémonie dans un sanctuaire. Ce qui explique que plus de 100 millions de Japonais se déclarent shintoïstes et presque autant bouddhistes, alors que le pays compte 127 millions d’habitants…

Autre particularité, le shintoïsme ne s’appuie pas sur un dogme strict, et ses prêtres donnent très peu de conseils spirituels. Ils s’occupent surtout des sanctuaires et des cérémonies. « Le fait de penser ceci ou cela est secondaire, confirme Jean-Pierre Giraud, spécialiste du Japon à l’université Lyon 3. Pratiquer certains rites semble plus important. »

Parmi eux, les processions annuelles, où l’on transporte des marionnettes représentant les kamis. Ces myriades de divinités, probablement héritées (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Quels sont les responsabilités et le pouvoir des super-héros ?
Pourquoi la ville de « Metz », se prononce « Mess » ?
Pourquoi la date du Nouvel an chinois change-t-elle ?
Pourquoi le Noël orthodoxe tombe-t-il le 7 janvier ?
Les petits secrets de la galette des rois