Sharon Stone victime d’harcèlement sexuel : ses révélations glaçantes sur l’envers du décor à Hollywood

·1 min de lecture

La parole se libère à Hollywood et Sharon Stone a décidé elle aussi de briser le silence. Le 30 mars, la star américaine sortira ses mémoires, intitulées The Beauty of Leaving Twice. Dans cette autobiographie, l’actrice de 63 ans fait des révélations qui risque d'en choquer plus d’un. Elle fait par exemple des confidences sur le film qui l'a aidée à percer, Basic Instinct. En effet, la star a annoncé dans son livre que personne ne lui avait demandé son consentement pour la fameuse scène où on la voit croiser et décroiser les jambes dans une mini robe blanche, sans sous-vêtements.

Ce n’est qu’en visionnant le film pour la première fois qu’elle découvre son intimité exposé. L'actrice de Basic Instinct affirme dans ses mémoires : "C'est là que j'ai vu ce plan sur mon vagin pour la première fois, bien après qu'on m'ait dit : 'On ne verra rien, j’ai juste besoin que tu enlèves ta culotte car le blanc reflète la lumière, donc on voit que tu portes des sous-vêtements.'" Pourquoi n’a t-elle pas porté plainte ? "Pourquoi ? Parce qu'elle (la scène ndlr) était juste vis-à-vis du film et du personnage, et parce que, après tout, je l'avais faite."

Et ce n’est pas le seul fait choquant que vivra la comédienne au cours de sa carrière. Dans son autobiographie, on apprend qu’un producteur l'a harcelée en la poussant à avoir des relations sexuelles avec un collègue masculin sur un film, "pour le sauver". Si elle ne nomme pas le film, elle explique en long et en large ce qu’elle a subi : "Il m'a (...)

Lire la suite sur le site de Voici

Le prince Harry sort du silence et évoque la mort de sa mère Lady Diana
Edouard Philippe en désaccord avec Jean Castex : l’ex-Premier ministre sort du silence
Ary Abittan : sa petite pique sur l'attestation de déplacement qui ne passe pas inaperçue
Carla Moreau de retour sur les réseaux sociaux pour ses placements de produits : elle répond à ses haters
« Elle a fait l’inacceptable » : pourquoi Sylvie Ortega Munos en veut terriblement à Loana