Shanghai, une ville en plein repli

Shanghai, une ville en plein repli
PHOTO Pexels / Pixabay / CC

La population de Shanghai est confinée depuis début avril et les autorités chinoises imposent des restrictions très strictes dans le cadre de la politique “zéro Covid”. Les expatriés qui en ont la possibilité quittent massivement la ville, qui risque de perdre son statut de grand centre mondial du commerce et des affaires, explique le site de la chaîne Al-Jazeera. De très nombreuses entreprises internationales ont rapatrié leurs salariés, tandis que le consulat américain a demandé à tous ses personnels non essentiels de rentrer aux États-Unis. Selon la Chambre de commerce britannique, les écoles internationales sont sur le point de perdre 40 % de leur personnel d’ici le début de l’année scolaire. Les enquêtes menées auprès d’expatriés confirment qu’une écrasante majorité d’entre eux comptent quitter la Chine.

Les mesures anti-Covid ne sont cependant pas les seules responsables et cette tendance dure depuis plus longtemps. Selon Al-Jazeera,

“le nombre d’étrangers à Shanghai a chuté de plus de 20 %, passant de 208 000 en 2011 à environ 163 000 en 2021. La baisse a été encore plus extrême à Pékin, où le nombre de résidents étrangers a diminué de 40 % depuis 2010, pour atteindre environ 63 000 l’année dernière. […] La tendance suggère que Shanghai pourrait suivre la trajectoire de Hong Kong, qui a connu un exode de résidents et d’entreprises étrangères dans un contexte de forte détérioration des droits et libertés et en raison d’une politique ‘zéro Covid’ draconienne qui a isolé la ville du reste du monde pendant plus de deux ans.”

Le sort de Shanghai est décisif car la ville concentre la plupart des activités commerciales étrangères en Chine. Kenneth Jarrett, conseiller principal sur la Chine chez Albright Stonebridge Group, souligne justement que “les entreprises étrangères représentent 20 % de l’emploi à Shanghai, 50 % de sa R & D et 67 % de la valeur commerciale des importations et des exportations, selon les statistiques gouvernementales”.

En plus des départs massifs d’expatriés et de multinationales (la plupart des entreprises américaines en Chine ont gelé leurs plans d’investissement pour 2022), les investisseurs privilégient à présent des entreprises locales, tandis que les entreprises préfèrent recruter des Chinois plutôt que des étrangers. Alex Duncan, fondateur de Kawo, une start-up de marketing basée à Shanghai, constate d’ailleurs : “Vous ne créeriez certainement pas une entreprise ciblant les expatriés de nos jours.” Les demandes répétées de la communauté d’affaires pour assouplir les règles sanitaires et favoriser les échanges n’ont pas eu beaucoup d’impact.

[...] Lire la suite sur Courrier international

Sur le même sujet :

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles