Shanghai: des clients tentent de s'échapper d'un magasin Ikea sur le point d'être mis en quarantaine

Les images des clients en train d'essayer de quitter le magasin Ikea de Shangai, samedi. - Twitter - @fangshimin
Les images des clients en train d'essayer de quitter le magasin Ikea de Shangai, samedi. - Twitter - @fangshimin

Les images des scènes de panique ont fait le tour du monde. Samedi à Shanghai, des clients ont été filmés en train de se précipiter pour essayer de s'échapper d'un magasin Ikea avant que les autorités sanitaires ne ferment les portes pour les placer en quarantaine, suspectant un cas de Covid-19 à l'intérieur.

Plusieurs vidéos massivement partagées sur les réseaux sociaux montrent des scènes de chaos: des clients en train de courir, se pousser et se frayer un chemin pour quitter coûte que coûte le bâtiment, tandis que des agents de sécurité tentent de maintenir les portes fermées et de contenir les clients à l'intérieur.

Deux jours "en circuit fermé"

Samedi après-midi, les autorités sanitaires chinoises ont ordonné la fermeture immédiate du magasin Ikea car ils soupçonnaient un client d'être cas contact. Un enfant de 6 ans testé positif à Lhassa au Tibet, s'était en effet rendu dans ce magasin Ikea un peu plus tôt, selon les informations communiquées par le directeur adjoint de la Commission de la santé de Shanghai dimanche. On ignore, toutefois, à quel moment exactement le garçonnet (asymptomatique) s'est rendu dans le magasin.

Lors de ce point presse, Zhao Dandan a aussi déclaré que "le magasin et la zone touchée" seraient gérés "en circuit fermé" pendant deux jours. Ainsi, les clients qui n'ont pas pu sortir du magasin ont été enfermés à l'intérieur de 20 heures à minuit, avant d'être transférés dans des hôtels mis à disposition pour les mesures de quarantaine, a fait savoir à Bloomberg une femme qui s'est retrouvée bloquée.

Ces derniers sont donc contraints de rester deux jours en quarantaine, puis ils resteront placés cinq jours sous surveillance sanitaire. Le magasin Ikea devrait ensuite rouvrir ses portes mardi.

Dimanche, les autorités sanitaires expliquaient que le petit garçon avait été en contact étroit avec près de 400 personnes. Par ailleurs, 80.000 personnes ont été forcées de subir des tests PCR, selon le journal Shangai Daily.

Des mesures de restrictions drastiques

En Chine, des restrictions sanitaires drastiques ont été mises en place ces derniers mois dans le cadre de la politique zéro-Covid: recours massif aux tests de dépistage, quarantaines étendues et confinement de villes entières. De tels confinements instantanés ne sont pas rares dans le pays: lorsqu'un cas contact est détecté, les habitants d'un quartier ou d'un bâtiment ont parfois la stricte interdiction de quitter la zone pendant une période donnée.

Ces derniers mois, cela a pu mener à des scènes de panique, comme à Schenzen ou à l'île de Hainan où des individus avaient escaladé les clôtures, dévalé la plage et quitté leurs bâtiments avec précipitation après avoir appris que des confinements allaient leur être imposés.

La ville de Shanghai, dont la population s'élève à 25 millions de personnes, a été strictement confinée pendant deux mois au printemps dernier, provoquant un mouvement de colère généralisé de la population, qui a rencontré des difficultés d'accès à la nourriture et aux médicaments. Ce lundi, les autorités sanitaires de la ville ont fait savoir que 2312 nouveaux cas de Covid-19 avaient été enregistrés à Shanghai.

Article original publié sur BFMTV.com