Shanghaï : un confinement interminable, qui exaspère la population

Voilà deux mois que la ville chinoise de Shanghaï est soumise à un confinement strict pour tenter de contenir la propagation du Covid-19. D'après les autorités, un retour à la normale est prévu en juin, mais dans certains quartiers, les habitants demandent de pouvoir sortir.

Cette décision relève des comités de quartiers, ces autorités locales que Pékin a missionné pour gérer les déplacements des citoyens, donnant lieu à certains échanges tendus.

Comme le montrent notre sujet ci-dessus, des résidents échangent avec leur comité de quartier en affirmant que les informations à la télévision avaient annoncé une réouverture. Le représentant local répond par la négative.

Pourtant, dans certains arrondissements, des habitants sont parvenus à sortir après avoir protesté auprès de leur "gardien" local. Une petite victoire qui encouragé d'autres habitants à faire de même.

Récemment, la mégalopole chinoise a instauré des "zones de prudence", là où le Covid ne circule quasiment plus et où les citoyens sont théoriquement censés avoir le droit de sortir. Elles concernent environ 20 millions de personnes. Mais dans les faits, les "gardiens" locaux rechignent souvent à accorder des laissez passer, de peur que l'épidémie ne reprenne, car un seul cas suffirait à refermer tout un quartier pendant deux semaines.

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles