Oui, il est possible de jouir en dormant : ça s’appelle un orgasme nocturne

Katia Rimbert
Journaliste
(Crédit photo : Getty Images)

Vous est-il déjà arrivé de grimper au rideau en pleine nuit, sans aucune stimulation physique ? Vous êtes-vous déjà réveillé.e un peu groggy, avec une sensation de plénitude comme après avoir fait l’amour, mais sans avoir été touché.e ? Vous avez très certainement eu un orgasme nocturne, également appelé orgasme du sommeil. Et non, ce n’est pas un mythe ! 

Avoir un orgasme dans son sommeil, ça parait fou voire impossible. Et pourtant, si cela vous est déjà arrivé, vous savez que c’est tout à fait possible. L’orgasme nocturne se manifeste lorsque vous dormez profondément, sans aucun contact physique en solo ou avec un partenaire. Mais alors, comment expliquer ce phénomène ?

L’orgasme du sommeil concerne les hommes et les femmes

Déjà, il faut remettre les pendules à l’heure. Un orgasme peut se produire après une stimulation des organes érectiles - à savoir le pénis chez l’homme et le clitoris chez la femme - mais c’est avant tout dans la tête. C’est grâce à votre cerveau que vous accédez à la jouissance (on peut lui dire merci), pas grâce au cours sur la reproduction en SVT. Et pour une fois, l’homme et la femme sont sur un pied d’égalité puisque l’orgasme nocturne concernent les deux sexes. Une étude datant de 2015, réalisée par l’institut Kinsey, affirmait que 40% des femmes en ont déjà eu un (davantage à la quarantaine) contre 80% chez leurs homologues masculins (plus susceptibles d’en avoir à l’adolescence).

Comment ça marche ? Il se manifeste tout simplement parce que le mécanisme qui s’opère lorsque vous jouissez, en étant éveillé.e, se produit… Pendant que vous dormez. Concrètement, le flux sanguin est plus important dans les organes érectiles pendant la phase de sommeil paradoxal. Et cela ne se voit pas toujours. Si la plupart des hommes sécrètent du sperme - et s’en rendent compte lorsqu’ils se réveillent dans des draps mouillés - les personnes dotées d’une vulve peuvent avoir des sécrétions vaginales, mais ce n’est pas automatique.

Un phénomène qui s’explique... Ou pas

Un tel orgasme peut arriver pendant un rêve érotique (logique) mais pas seulement. Les sexologues avancent différentes hypothèses et il est difficile d’avoir le fin mot de l’histoire tant l’orgasme, tout particulièrement féminin, est difficile à mesurer de manière scientifique. Jouir en dormant, et ce parfois plus souvent qu’en étant en pleine conscience, peut s’expliquer par un lâcher prise total. Dans les bras de Morphée, vous n’avez plus aucune “pollution” qui vous retient d’être concentré.e à 100% sur votre plaisir. Aux oubliettes le stress, l’anxiété, les complexes face à votre partenaire, l’appréhension éventuelle de dévoiler votre corps nu, la fatigue… Bref, plus aucun obstacle, que du kiff !

Bon, si tant est qu’on s’en rappelle. Parce que vous pouvez très bien vous faire réveiller par cette sensation comme n’en avoir aucun souvenir. Dommage pour ceux et celles qui font partie de la deuxième catégorie.

Certains chercheurs avancent, quant à eux, que l’orgasme du sommeil pourrait être provoqué par la position adoptée pendant la nuit. Dormir sur le ventre, en ayant donc une pression au niveau des organes génitaux, pourrait faciliter l’excitation sexuelle et donc permettre d’atteindre le septième ciel. D’autres suggèrent qu’il pourrait survenir après une période d’abstinence chez des personnes ayant généralement des rapports sexuels réguliers. Mais là encore, les avis divergent.

Quoi qu’il en soit, vous ne pouvez pas y faire grand-chose. Certaines personnes vont en avoir de temps en temps, d’autres régulièrement, d’autres encore n’en auront jamais... Là-dessus non plus, nous ne sommes pas égaux.

A LIRE AUSSI

>> Avoir une relation sexuelle avec son ex n’empêcherait pas de passer à autre chose

>> L’anorexie sexuelle ou anaphrodisie, quand il n’y a plus de désir sexuel

>> Selon une étude, un tiers des personnes victimes d’un AVC ont peur de faire l’amour