Sexisme : Nathalie Iannetta réagit au documentaire de Marie Portolano dans une longue tribune

·1 min de lecture

La diffusion du documentaire de Marie Portolano, Je ne suis pas une salope, je suis une journaliste, continue d'alimenter les débats sur le sexisme dont sont victimes les femmes dans le journalisme sportif. Dans son reportage, diffusé de manière caviardée sur Canal+, l'ancienne journaliste du Canal Football Club a donné la parole à plusieurs consœurs, révélant ainsi des témoignages poignants sur la violence et les discriminations dont sont victimes certaines femmes au sein des rédactions sportives en France. Coupés au montage, des passages impliquant Pierre Ménès ont provoqué un tollé. Le chroniqueur du Canal Football Club est notamment accusé d'avoir embrassé de force sa consœur Isabelle Moreau en 2011 et d'avoir soulevé la jupe de Marie Portolano en 2016.

Dans une longue tribune publiée dans Le Monde, ce samedi 27 mars, Nathalie Iannetta a regretté que les débats ayant suivi la diffusion du film soient devenus "le procès d'un seul homme", en l'occurrence son ex-collègue Pierre Ménès, au lieu de concerner la véritable dénonciation des femmes intervenant dans le documentaire : la domination masculine au sein de la société en général. "Nous avons soulevé : un système. Il a été entendu : ' tous des salauds'. Il en reste : le procès d’un seul homme. Autant dire : une défaite sur toute la ligne", attaque la journaliste, ancienne spécialiste de foot sur Canal+, dans son texte. D'après Nathalie Iannetta, l'enjeu n'a jamais été de s'en prendre aux hommes. "On ne veut détruire personne, (...)

Lire la suite sur le site de Télé-Loisirs

Audrey Pulvar accusée de racisme par Marine Le Pen après ses propos sur BFMTV, ce qu'a vraiment dit l'ex-journaliste
Agression en pleine interview d'une équipe de reportage de France 3 en Ardèche
Karine Lacombe mère de trois enfants : sa fille Ysatis fait de rares confidences sur leur vie de famille
"On va devoir aller au confinement car la situation est dramatique" : le cri d'alarme du Dr Jérôme Marty (VIDEO)
Vaccin AstraZeneca : l'Agence du médicament confirme l'existence d'un risque "rare" de thrombose