Le sexisme encore très présent dans la presse écrite, selon un rapport

·1 min de lecture

Des femmes moins souvent citées dans les articles, des rédactrices plutôt chargées de la culture que du sport : la presse écrite en France contribue aux stéréotypes sexistes, a dénoncé jeudi le Haut conseil à l'égalité femmes-hommes (HCE), qui appelle à des quotas, ou encore à un système de "bonus-malus" dans les aides publiques aux journaux. Ce biais "est visible au sein même des rédactions et dans la manière dont sont rédigés les articles publiés", affirme cette instance consultative indépendante dans son troisième "état des lieux du sexisme en France".

LIRE AUSSI - Harcèlement et sexisme : Radio France annonce des licenciements et des mises à pied

30% de femmes dans les rédactions de presse généraliste

Les auteurs du rapport se sont d'abord penchés sur la proportion de femmes parmi les journalistes de six quotidiens, deux hebdomadaires généralistes et trois magazines féminins, mais aussi sur leur poids au sein des différentes rubriques et dans les postes de direction. Ont ainsi été examinées les rédactions du Monde, du Figaro, du Parisien, de Ouest France, Sud Ouest, 20 minutes, du Point, de l'Obs, Elle, Marie Claire et Femme actuelle.

Résultat : on ne compte en moyenne que 30% de femmes dans les rédactions de presse généraliste (mais 50% si l'on inclut la presse féminine), et 20% dans la rubrique "politique". La situation est toutefois hétérogène, puisqu'à l'Obs 77% des journalistes de la rubrique internationale sont des femmes. En revanche, parmi tous les journaux ...


Lire la suite sur Europe1

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles