Sexe : les animaux prennent-ils du plaisir ?

Quand ils se retrouvent, le tigre et la tigresse multiplient les galipettes, jusqu’à plusieurs dizaines de fois par jour, chaque étreinte se concluant par la même grimace, ponctuée de grognements rauques. Une manifestation de plaisir ? La question s’avère rudement complexe, et elle a tardé à passionner les biologistes. « Il a fallu attendre les années 1960 pour que l’on s’intéresse au plaisir, même chez l’être humain, rappelle le directeur de recherche Thierry Lodé, spécialiste des sexualités animales. Puis on a commencé à voir que les éléments physiques que nous associons à l’orgasme, comme l’augmentation des rythmes cardiaque et respiratoire, les contractions du périnée ou les spasmes musculaires, se retrouvaient chez certains animaux. » En 1971, en effectuant chez des femelles macaques une stimulation sexuelle au moyen d’un appareil muni d’un faux pénis, l’anthropologue canadienne Frances Burton les a menées… jusqu’à l’orgasme.

Depuis, des signes de plaisir ont été observés chez d’autres singes, mais aussi chez des oiseaux ou des rongeurs. Chez le rat, par exemple, ces manifestations physiques s’accompagnent d’une libération de neuro-transmetteurs semblables à ceux associés au plaisir sexuel de l’être humain : dopamine, noradrénaline, ocytocine… Chez la drosophile (ou mouche du vinaigre), une étude de 2018 a montré que les mâles se bousculent pour accéder à un dispositif les faisant artificiellement éjaculer. Ils préfèrent même cette activité à l’alcool, pourtant l’un de leurs (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Un requin bleu de plus de 2 mètres retrouvé dans un parc à huitres du Cap-Ferret !
Les chats comprennent jusqu'à cinquante mots, selon ces experts
Pourquoi les rennes perdent-ils leurs bois en hiver ?
Pourquoi les fêtes de fin d'année sont-elles dangereuses pour les chiens ?
Hiver : les chiens ont-ils besoin de vêtements quand il fait trop froid ?