«Seules 25 % des obligations vertes émises sont certifiées»

Libération.fr

En plus d’être une goutte d’eau dans le milieu financier, le marché des «green bonds» n’est pas contraignant, selon Dominique Plihon, d’Attac.

Pour le porte-parole d’Attac, Dominique Plihon, économiste et spécialiste de l’économie financière, la finance verte ne peut être l’unique solution contre le réchauffement climatique.

Comment expliquer un tel engouement pour cette finance qualifiée de verte ?

Les entreprises comme les Etats sont à la recherche de ressources financières massives pour financer la transition écologique. Selon la Commission mondiale sur l’économie et le climat, le monde doit investir 93 000 milliards de dollars [79 000 milliards d’euros, ndlr] au cours des quinze prochaines années, soit 1 à 4 % du PIB par an pour limiter le réchauffement à 2 degrés. En face de ces besoins, il y a des investisseurs qui ont énormément de liquidités.

D’où vient cette abondance ?

Pour réactiver l’activité économique à la suite de la crise, les grandes banques centrales ont procédé à des injections massives de liquidités. Les investisseurs souhaitent diversifier leur portefeuille et placer une partie de cette liquidité dans cette finance qu’ils estiment être «verte», conforme au label à la mode dit ESG [«environnementaux, sociaux et favorables à une bonne gouvernance»].

En quoi ces investissements répondent-ils à des critères idéologiques ?

Ce n’est pas une question d’idéologie. Nous sommes dans un capitalisme financiarisé et mondialisé : la finance est un vecteur dominant de l’économie. Les acteurs financiers y jouent un rôle prépondérant. Leur objectif est de maximiser leur rentabilité tout en introduisant des critères d’investissement «extrafinanciers» pour répondre aux demandes des épargnants qui leur confient leur argent.

Existe-t-il d’autres formes de financement que la finance verte ?

Oui, la finance verte représentée par les obligations vertes ne permettra pas de financer les investissements à long terme requis par la transition énergétique. D’autres formes de (...)

Lire la suite sur Liberation.fr

Sommet climat Macron déroule le tapis vert
Finance verte : deux avancées et deux dérives
Actifs bruns
Sommet climat Macron déroule le tapis vert
Finance verte : deux avancées et deux dérives