"Seule la terre viendra à notre secours", le journal d'une déportée du génocide arménien paraît jeudi

franceinfo Culture avec agences
·1 min de lecture

C'est un petit carnet qui a voyagé dans les conditions précaires de la clandestinité des rescapés du génocide arménien de 1915 en Turquie, et qui arrive maintenant en librairie, témoignage rare resté enfoui pendant un siècle. Seule la terre viendra à notre secours de Serpouhi Hovaghian (1893-1976) est publié le 29 avril par la Bibliothèque nationale de France (BnF), qui a hérité de cette pièce d'histoire.

Après la reconnaissance du génocide arménien le 24 avril par le président américain Joe Biden, premier dirigeant des Etats-Unis à le faire, le président turc Recep Tayyip Erdogan a dénoncé "des propos sans fondement, injustes et contraires à la réalité". Le carnet de Serpouhi Hovaghian, alors jeune mère de deux enfants, est quasi unique en son genre, "l'un des rares témoignages connus à ce jour émanant d'une victime qui ne soit pas postérieur au génocide", explique en avant-propos l'historien Raymond Kévorkian.

Traumatismes

La découverte vient de la petite-fille de Serpouhi Hovaghian, Anny Romand. "Je l'ai trouvé en 2014 dans une boîte à chaussures, quand je me suis décidée à trier les affaires de mon oncle, décédé depuis 2008 déjà. Ma grand-mère n'en avait jamais parlé. Son fils encore moins, lui qui n'évoquait jamais le sujet", raconte-t-elle à l'AFP.

Ce fils a une histoire traumatisante. Orphelin de père et porté, à quatre ans, dans les bras de sa mère qui ne cesse de changer de refuge afin d'échapper à la mort, il est abandonné: elle le laisse à des paysans turcs, (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi