Seul parmi les siens, l'écologiste Yannick Jadot mise sur l'extérieur

·1 min de lecture

En son royaume écologiste, Yannick Jadot est toujours loin d'être le roi. Il aura une nouvelle occasion de le constater, ce week-end, au conseil fédéral d'Europe Ecologie-Les Verts (EELV). Le "parlement" du parti abordera plusieurs sujets. Parmi lesquels une "motion J", engagée par plusieurs proches du député européen, même si ce dernier ne l'a pas signée et compte bien s'en tenir éloigné. Le texte plaide pour un rassemblement rapide du "pôle écologiste", cette nébuleuse de petits partis évoluant autour d'EELV. Mais, comme cela avait été le cas pour le choix de la date des primaires, quand Jadot avait échoué à imposer son calendrier, le risque est grand que cette motion, votée ce dimanche, se retrouve minoritaire.

"

Je ne tomberai jamais dans le piège d'une primaire identitaire

"

Mais pourquoi risquer d'essuyer une deuxième défaite d'affilée en interne? Parce que Yannick Jadot, contrairement au secrétaire national d'EELV, Julien Bayou, tente toujours d'élargir ses parts de marché électoral. Et donc de tendre la main aux sociaux-démocrates pour une candidature unitaire en 2022. "Je ne tomberai jamais dans le piège d'une primaire identitaire, dit-il. Il faut une primaire de conquête qui doit nous conduire au pouvoir."

Lire aussi - Présidentielle : les écologistes veulent lancer une plateforme programmatique ouverte à tous

Il a annoncé la création d'une "plateforme d'idées"

Jadot a fait ses calculs : "Nous avons fait 3 millions de voix aux élections européennes, il en faut trois fo...


Lire la suite sur LeJDD