Tout s'est bien passé : que vaut le grand retour de Sophie Marceau au cinéma ?

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·1 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Adaptation fidèle du roman autobiographique de feue Emmanuèle Bernheim, le nouveau long-métrage de François Ozon traite d'un sujet éminemment difficile : la fin de vie. Tout s'est bien passé raconte comment la romancière a aidé son père, le collectionneur d'art André Bernheim, à mourir après un AVC qui l'avait laissé très diminué et dépendant à l’âge de 85 ans. Autour de cette complexe relation père-fille, on retrouve une galaxie de personnages que les initiés reconnaîtront peut-être, comme Serge Toubiana, l’ancien directeur de la Cinémathèque française et compagnon d’Emmanuèle Bernheim, ou la sculptrice Claude de Soria, mère de la romancière.

Peu importe que l'on connaisse ce milieu ou non, on sera touché par cette histoire universelle de cheminement vers le deuil, présenté sans angélisme. Car, malgré ce thème lourd et triste, François Ozon offre une véritable ode à la vie, un voyage émotionnel d'une lucidité et d'une simplicité confondantes. À l'image d'autres films de la veine intime du réalisateur, comme Sous le sable ou 5x2, ses personnages sont complexes, pas toujours aimables. Chacun se débat avec ses contradictions et ses petits renoncements du quotidien. Pour mieux transmettre tous ces sentiments au spectateur, le cinéaste de 8 femmes peut compter, dans le rôle d’Emmanuèle Bernheim, sur une Sophie Marceau très investie. D’ailleurs, Ozon la filme parfois comme dans un documentaire, captant des attitudes et une sensibilité qu’elle n’avait plus exprimées à l’écran depuis (...)

Lire la suite sur le site de Télé-Loisirs

Wind River (NRJ 12) : que vaut le thriller avec Jeremy Renner et Elizabeth Olsen ? Notre critique
Stillwater : Matt Damon et la France, une histoire d'amour et de cinéma (PHOTOS)
Zodiac (Arte) : retour sur l'incroyable traque du serial killer qui a inspiré le film de David Fincher
Chamboultout (TF1) : ce récit de vies qui basculent est inspiré d'une histoire vraie
Josiane Balasko évoque le jour où Jean-Paul Belmondo lui a fait une blague alors qu'elle était enfant (VIDEO)

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles