Ses "effets secondaires de grossesse" étaient en réalité le signe d'un cancer

A l'âge de 32 ans, la mère de famille a appris qu'elle souffrait d'une tumeur de l'intestin (Getty Images)

Pendant trois ans, les médecins n'ont pas pris au sérieux les symptômes de cette mère de famille. "J'avais toujours des accès de diarrhée. J'avais des bouffées de chaleur et je me sentais parfois très fatiguée", a raconté la patiente au Sun. Pendant sa première grossesse, l'équipe médicale a pensé qu'elle souffrait du syndrome du colon irritable.

Alors, ils lui ont suggéré d’essayer de supprimer certains aliments comme les produits laitiers et le gluten pour soulager ses problèmes de ventre. Mais ces désagréments ont persisté pendant sa deuxième grossesse. Les médecins ont alors pensé que c'était la grossesse qui était responsable de ces maux. "Mes symptômes ressemblaient à ceux de beaucoup de gens : il y avait de la diarrhée, juste un sentiment général de malaise, et en plus, j'étais enceinte. Je pouvais me sentir malade pendant quelques semaines, puis tout allait bien pendant quelques mois", se souvient la patiente. Mais, après l'accouchement, les symptômes ont persisté.

Une tumeur de l'intestin

La mère de famille a décidé de retourner voir son médecin généraliste pour réaliser des tests. Agée de 32 ans, elle a appris qu'elle souffrait d'une tumeur de l'intestin et sa masse cancéreuse était propagée à son foie. Les résultats des tests ont confirmé qu'elle souffrait d'une tumeur neuroendocrine (TNE) de l'intestin moyen.

Elle a dû subir une intervention chirurgicale de l'abdomen visant à lui retirer environ 30 cm de son intestin, son appendice, sa vésicule biliaire et une partie de la tumeur. Après l'opération, la mère de famille a ensuite reçu un traitement appelé lanréotide, un vaccin qui aide à contrôler la libération d'hormones par les tumeurs et à réduire les symptômes de la maladie. En septembre 2022, la tumeur a réapparu près de son épaule. Grâce à plusieurs cycles de radiothérapie, elle a disparu au printemps 2023.

Dr Christian Recchia : "C’est le deuxième cancer le plus fréquent et le plus meurtrier"