Les services de l’Etat visés par des attaques informatiques d’une « intensité inédite »

"Une intensité inédite ». Depuis dimanche soir, les services de l’État en alerte. La cause ? Des attaques informatiques menées contre une série de services ministériels, comme l’a annoncé lundi Matignon, relayé par BFMTV. La cyberattaque a été revendiquée, sur la chaîne Telegram, par le groupe Anonymous Sudan, qui se présente comme une organisation de hackers pro-russes et pro-islamiste.

Le gouvernement a précisé que « l’impact de ces attaques a été réduit pour la plupart des services ». L’accès aux sites a également été « rétabli », a poursuivi Matignon. Comme l’a rapporté Numerama, plusieurs agents de la fonction publique ont été informés par mail de cette offensive informatique sur « le réseau interministériel d’État ». L’administration a assuré qu’une « cellule de crise » a été mise en œuvre dimanche soir pour lutter contre cette intrusion virtuelle.

Des cyberattaques en hausse

Sur Telegram, Anonymous Sudan a évoqué des « perturbations » ayant eu cours au ministère de la Culture, de la santé et des Affaires sociales, de l’Économie, et des finances, de la Transition écologique et des services du Premier ministre. Matignon n’a pas révélé le nom des services frappés par cette cyberattaque. Les administrations n’auraient pas été les seules cibles. Le site de l’Agence France-Presse aurait également été victime d’une cyberattaque, selon une information révélée par le site Numerama.

À lire aussi Cyberattaques : dans un rapport, Paris enfonce l'ingérence numérique...


Lire la suite sur LeJDD