Le service public de santé irlandais victime d'une cyberattaque

·1 min de lecture
LE SERVICE PUBLIC DE SANTÉ IRLANDAIS VICTIME D'UNE CYBERATTAQUE

par Padraic Halpin

DUBLIN (Reuters) - L'opérateur des services de santé irlandais, Health Service Executive (HSE), a annoncé vendredi l'arrêt de l'ensemble de son système informatique en raison d'une importante cyberattaque.

Le directeur du HSE, Paul Reid, a précisé que cette mesure avait été prise par précaution afin de protéger un maximum de données et qu'une évaluation était est en cours.

"C'est une attaque très sophistiquée, qui n'a rien de standard. Elle concerne tous nos systèmes nationaux et locaux reliés à nos services de base", a-t-il déclaré à la chaîne de télévision publique RTE.

Le programme de vaccination contre le COVID-19, hébergé sur un système distinct, n'a pas été affecté, a souligné le HSE. Les équipements hospitaliers n'ont pas non plus été touchés, a ajouté l'opérateur, précisant que seules les informations stockées sur les serveurs centraux étaient concernées.

L'attaque, découverte tôt vendredi matin, est de type "rançongiciel" (ransomware en anglais), selon l'opérateur des services de santé irlandais. Dans ce type d'attaque, un logiciel malveillant bloque généralement l'accès à l'ordinateur de la victime et exige le paiement d'une rançon pour le rendre de nouveau accessible.

Aucune demande de rançon n'a été faite à ce "stade", a indiqué le directeur du HSE.

La National Maternity Hospital de Dublin s'attend à une importante perturbation de ses services ce vendredi. Dans une maternité de la capitale irlandaise, tous les rendez-vous en ambulatoire de la journée ont été annulés à l'exception de ceux concernant des femmes enceintes de 36 semaines ou ayant besoin de soins d'urgence.

(version française Claude Chendjou, édité par)

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles