« Service public » : comment Jean-Luc Mélenchon a mené la vie dure à Franceinfo avant la Présidentielle

LFI
Franceinfo LFI

DOCUMENTAIRE - « C’était la seule porte ouverte pour interviewer Mélenchon », assure Salhia Brakhlia au HuffPost. La journaliste de Franceinfo co-réalise, avec Mouloud Achour, le documentaire Service public qui sort ce mercredi 23 novembre au cinéma. On y découvre les coulisses de la matinale de la chaîne en pleine préparation de l’élection présidentielle du printemps 2022.

Ainsi, pendant plusieurs mois, tous les candidats à la succession d’Emmanuel Macron sont passés au micro de Franceinfo. Mais il y en a pour qui l’organisation a été un peu plus complexe : Jean-Luc Mélenchon, chef de file de La France Insoumise. Pour l’interroger, les journalistes de la chaîne d’informations ont en effet dû se déplacer… jusqu’à l’île de La Réunion. Soit à environ 11h d’avion (aller et retour).

« Ça faisait des mois qu’on négociait avec son staff, et c’était toujours ‘non’ », confie Salhia Brakhlia. Et pour cause, Jean-Luc Mélenchon refusait jusqu’alors catégoriquement de venir sur le plateau de Franceinfo. La raison ? « Il nous faisait la tête parce que la cellule d’investigation de Radio France avait mené une enquête sur le financement de sa campagne en 2017 », nous explique la présentatrice.

Pourquoi franceinfo a assumé les conditions de Jean-Luc Mélenchon

Et d’ajouter : « Là il a fini par nous proposer de venir le rejoindre à La Réunion en février, c’était le seul moyen de l’avoir sur l’antenne. » Arrivée sur la chaîne un an avant la présidentielle, l’ancienne reporter de Quotidien, qui avait côtoyé Jean-Luc Mélenchon quand elle était reporter, a donc immédiatement sauté sur l’occasion.

« On a des devoirs à assurer, à savoir l’égalité de temps de parole mais aussi la pluralité des opinions sur l’antenne. Avec le candidat le mieux placé à gauche qui refusait de nous parler, c’était compliqué de bien faire notre job. Donc on a assumé cette décision », poursuit Salhia Brakhlia. À l’entendre, la seule interrogation, finalement balayée, concernait au départ le coût du voyage.

Une fois arrivée à La Réunion, la journaliste a cependant rapidement tenu à mettre les choses au clair avec le concerné. « Il a passé des mois à nous pourrir. Ce n’est pas tolérable de la part d’une personnalité politique. Je lui ai dit qu’il ne pouvait pas faire ça, raconte-t-elle. Pour moi, une personnalité politique candidate à la présidentielle a une responsabilité, surtout en période électorale. C’était important de lui dire en face. »

Aujourd’hui, « tout va bien » avec Jean-Luc Mélenchon

Et de préciser : « Après ça fait partie du personnage. Tout ça va avec son caractère, on sait qu’il est un peu susceptible mais il faut discuter avec lui, mais on ne peut pas le faire avec quelqu’un qui ne vient pas. »

Comme vous pouvez le voir dans l’extrait du documentaire ci-dessous, Salhia Brakhlia et Jean-Luc Mélenchon ont fini par s’amuser de la situation. Et la journaliste garde d’ailleurs un excellent souvenir de ce voyage imprévu. « C’était super de se déplacer en pleine présidentielle. Vous ne voyez pas les mêmes gens que quand vous êtes enfermés dans un studio. J’ai pu rencontrer des Réunionnais », se réjouit-elle.

Elle poursuit : « On ne pose pas les mêmes questions qu’en plateau. Quand vous parlez à des personnes qui ont des attentes, et que vous avez juste après un candidat, vous pouvez transmettre certains messages. » Et à la question de savoir quelles sont ses relations actuelles avec le leader LFI, « tout va bien », répond la journaliste au HuffPost. « Ça s’est stabilisé, il est venu plusieurs fois en plateau depuis. »

À voir également sur Le HuffPost :

Lire aussi