«Le service national universel a vocation à devenir obligatoire», assure Sarah El Haïry

·1 min de lecture

L'engagement doit être une priorité des jeunes de 15 à 17 ans. C'est la réflexion de Sarah El Haïry, secrétaire d'État chargée de la Jeunesse et de l'Engagement. Invitée dans l'émission Europe Soir, la secrétaire d'État âgée de 32 ans a précisé les contours du service national universel, lancé en 2020, qui concerne entre 700.000 et 800.000 jeunes partout en France. Cette mission d'une durée d'un mois, sur la base du volontariat, pourrait devenir obligatoire dans les semaines et les mois qui viennent. C'est en tout cas le souhait de Sarah El Haïry.

 

>> Retrouvez Europe soir week-end en podcast et en replay ici

 

Un engagement civil ou militaire ensuite

"La première phase (du service national universel) a vocation à devenir obligatoire d'une manière certaine", affirme la secrétaire d'État sur Europe 1. Cette première phase, c'est aujourd'hui la formation d'un mois dispensé aux jeunes volontaires entre 15 et 17 ans. "Il faut un débat parlementaire. Nous sommes une grande démocratie (...). Moi, je souhaite (l'obligation, ndlr), et je l'assume pleinement. D'ailleurs, ça a été le projet porté par le président de la République", ajoute la porte-parole du Mouvement démocrate.

Car derrière ce service, il y a la mission que la secrétaire présente comme la "phase 3". "Si j'ai réussi à faire émerger la graine de la citoyenneté, nos jeunes auront envie de faire le complément, c'est-à-dire continuer leur engagement qui peut prendre la forme soit militaire, soit civile", explique-t-ell...


Lire la suite sur Europe1

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles