Service minimum dans les écoles: la passe d'armes continue entre le gouvernement et la mairie de Paris

1 / 2

Service minimum dans les écoles: la passe d'armes continue entre le gouvernement et la mairie de Paris

"Ce qu'il dit est factuellement faux et ça devient une forme d'obession, on comprend qu'il y a sans doute une intention cachée". Emmanuel Grégoire, premier adjoint à la mairie de Paris, répond ce vendredi sur BFM Paris aux reproches du gouvernement sur la gestion du service minimum.

Depuis mercredi, le ministre de l'Education critique la mairie de Paris sur la mise en place de ce service minimum. "Je suis obligé d'être pragmatique, je constate que madame Hidalgo fait mieux le service minimum quant il y a des grèves sous des gouvernements qu'elle aime bien que quand c'est sous ce gouvernement", a déclaré sur BFMTV Jean-Michel Blanquer. Faux réplique Emmanuel Grégoire.

"Nous avons mobilisé tous les moyens avec le rectorat, c'est-à-dire avec les services du ministère de l'Education nationale, pour faire en sorte qu'un maximum d'écoles soient ouvertes. Prétendre l'inverse, c'est insulter la maire de Paris, mais on a compris que c'était leur objectif, mais c'est surtout insulter les nombreux professionnels des services publics parisiens, du rectorat, de la préfecture de police, qui sont mobilisés pour limiter les nuisances des grèves"

"Une tentation de faire diversion"

Jeudi, environ 398 écoles sur un peu plus de 652 étaient fermées. La situation s'améliore ce vendredi avec 618 écoles ouvertes, indique la mairie de Paris. Pour la municipalité, la difficulté reste d'acheminer les agents sur place, alors que les transports sont paralysés.

"On...

Lire la suite sur BFMTV.com

A lire aussi