A quoi servent les réunions non-mixtes ?

Aude Lorriaux
·2 min de lecture

MOTS POUR MAUX - Deux fois par mois, « 20 Minutes » vous aide à y voir plus clair dans les mots des discriminations

Dans #MotsPourMaux aujourd’hui on parle de non-mixité, un débat qui a repris du poil de la bête depuis que l’adjointe à la Mairie de Paris, Audrey Pulvar, a estimé sur BFMTV le 28 mars dernier que cela ne la choquait pas « que des personnes discriminées sentent la nécessité de se réunir entre elles pour en discuter » et qu’on pouvait demander aux personnes blanches de « se taire » pendant ces réunions.

En réalité le débat n’est pas nouveau, et ressurgit presque chaque année. En 2016, c’est un camp décolonial à Reims qui a fait polémique, parce qu’il s’affiche comme non-mixte. La même année, la commission « Féminismes » du mouvement Nuit debout est accusée d’exclure les hommes. L’année d’après, c’est le Festival Nyansapo, organis(...) Lire la suite sur 20minutes

À lire aussi :
« Ce poids est la marque de mon histoire » explique Daria Marx dans son documentaire « Ma vie en gros »
VIDEO. Selena Gomez a été très affectée par les critiques sur son corps
«On se fout de la gueule des obèses»: Comment le matériel médical inadapté complique les soins des patients en surpoids
« Trop grosse », « Trop moche »… On vous explique ce qu’est le « bodyshaming »
«Ligue du LOL»: Le journaliste Vincent Glad reconnaît qu'il était l'une des « six ou sept personnes» derrière le compte Twitter @Foutlamerde
Grossophobie, homophobie, alcoolisme... Le chanteur Tiziano Ferro se livre dans un documentaire sur Amazon Prime Video
C’est quoi la « blanchité » ?
Est-ce qu’on peut parler de personnes « grosses », ou c’est une insulte ?
Le genre, c’est la même chose que le sexe?
« C’est terrible de ne jamais voir dans les médias quelqu’un qui vous ressemble », explique Daria Marx