"On se sert de nous comme une variable face à l'opinion publique" : les syndicats de police remontés après les annonces de Christophe Castaner sur les violences policières

franceinfo avec AFP

Des annonces qui ne passent pas. Les syndicats policiers sont "dubitatifs", voire très remontés, après les déclarations de Christophe Castaner sur les violences policières, lundi 8 juin. Lors d'une conférence de presse destinée à répondre aux mises en cause récurrentes des forces de l'ordre pour racisme ou violences, le ministre de l'Intérieur a notamment annoncé l'abandon de "la méthode de la prise par le cou, dite de l'étranglement", à la suite de l'affaire Chouviat, un livreur mort à Paris, en janvier 2020, lors de son interpellation.

"J'attends que Christophe Castaner nous dise quelle sera la méthode qui va remplacer la technique d'étranglement", a réagi Yves Lefebvre, secrétaire général du syndicat de police Unité-SGP Police-FO, sur franceinfo lundi. "Il faut quand même savoir qu'on utilise la technique d'étranglement uniquement lorsqu'on a en face de nous un individu qui refuse d'être interpellé. Donc maintenant, comment allons-nous faire ? Je demande simplement à savoir comment on va faire", a-t-il ajouté.

"On en sera réduit au combat de rue ou à l'utilisation du taser"

"Dès lors qu'elle est faite dans un court instant, c'est la seule technique qui permette aux (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi