Les serpents à sonnette trompent l’oreille humaine avec leur queue

·2 min de lecture

En fait, la détection d’un son nous fournit une information sur la distance (approximative) qui nous en sépare. Les auteurs de l’étude publiée dans Current Biology ont découvert que les serpents à sonnette arrivaient à fausser cette impression de distance en changeant brusquement de fréquence de cliquetis.

Les serpents à sonnette, qui représentent environ 30 espèces de la famille des Vipéridés et comptent parmi eux les crotales, produisent un son en agitant leur queue. À son extrémité se trouvent des segments de kératine ou des écailles modifiées, qu'ils font claquer. Ce mécanisme sert à avertir les potentielles menaces.

Un changement de fréquence

Lorsqu’un ennemi s’approche d’eux, ils augmentent peu à peu la fréquence du bruit, de 40 Hz, puis ils la changent brusquement à une fréquence beaucoup plus importante de 60 à 100 Hz. Ce comportement crée une sorte d’illusion, et perturbe réellement le jugement de la distance, qui semble tout à coup beaucoup moins importante. Ce que nous pensions être un simple bruit d’avertissement est en fait un moyen de communication assez complexe.

Grâce à cette technique, le serpent fait croire qu’il est plus proche qu’en réalité, et cela crée une sorte de distance de sécurité. Néanmoins, ne vous en faites pas pour lui, dans le cas où ce plan élaboré ne suffirait pas, le squamate sait se défendre avec du venin !

La sonnette du crotale cornu est faite d'écailles modifiées © Susan, Adobe Stock
La sonnette du crotale cornu est faite d'écailles modifiées © Susan, Adobe Stock

> Lire la suite sur Futura

À lire aussi sur Futura

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles