Serie A: Naples tenu en échec, Garcia au coeur des critiques

Serie A: Naples tenu en échec, Garcia au coeur des critiques

La tâche qui lui incombe sur le banc du Napoli est difficile à mener, et il le savait. Rudi Garcia a succédé cet été à l’actuel sélectionneur de la Nazionale Luciano Spalletti loué pour le jeu de son Napoli, irrésistible la saison dernière dans la conquête du premier Scudetto napolitain depuis les années Maradona.

Après une entame de championnat satisfaisante du point de vue des résultats, l'équipe désormais cornaquée par Rudi Garcia vient d’arracher un match nul miraculeux (2-2) alors qu’elle était menée 2-0 sur la pelouse du promu Genoa, samedi, lors de la 4e journée du championnat d’Italie. La saison dernière, l'équipe entraînée alors par Luciano Spalletti n'avait jamais enchaîné une défaite puis un nul ou un nul puis une défaite en championnat.

Peu inspiré contre la Lazio, avant la trêve internationale, Naples est encore apparu à la peine collectivement sur la pelouse du Genoa. Si elle demeure l’équipe qui tire le plus au but après quatre journées, le jeu déployé par Naples est loin de ravir les supporters. Sur la toile, le responsable est déjà tout désigné: Rudi Garcia, accusé par certains "de détruire le beau Napoli que Spalletti a laissé derrière lui".

"Rudi Garcia continue de faire figure de mauvais choix, surtout si l'on considère les autres options disponibles à l'époque", s'est impatienté un internaute, tandis qu’un autre se montrait beaucoup plus virulent dans ses propos: "Bon ok Kim s'en va mais l'équipe est la même, il n'y a pas eu de bouleversement dans l'effectif, ce sont les mêmes qui ont joué un football sublime l'année dernière. C'est la faute des gars ou la faute du romanista bouilli sur le banc qui a tout chamboulé ?"

Moins dans l’invective, davantage dans l’analyse, un suiveur du club a constaté que l’équipe était beaucoup plus prévisible que la saison dernière. "Le ballon monte jusqu'à Osimhen et on voit ce qui se passe, on passe à Kvara et on attend de lui qu'il dribble 3 joueurs, petit triangle sur le côté droit et on centre (personne dans cette équipe ne sait comment centrer)", a-t-il énuméré. "Tactiquement, rien n'est mis en place", a déploré un autre internaute.

Vendredi, en marge de ce match contre le Genoa, Rudi Garcia avait admis que son équipe devait s'améliorer dans le jeu, mais il avait aussi contesté l'analyse qui était faite des matches de son équipe, notamment contre la Lazio: "Ce n'est pas comme si on avait livré une prestation catastrophique."

Samedi, après le nul contre le Genoa, l'ancien coach de l'OM a bien été obligé de reconnaître que son équipe n'avait "pas bien joué" pendant plus d'une heure, avant que le banc ne rallume la flamme.

Naples est 4e avec sept points et accuse cinq longueurs de retard sur le leader, l'Inter, qui a écrasé plus tôt dans la journée l'AC Milan (5-1). Avec le début de la phase de poules de la Ligue des champions (contre Braga, mercredi à 21h), Naples va enchaîner sept matches en 23 jours.

Article original publié sur RMC Sport