Une vidéo de fraude électorale sème le doute sur les élections en Serbie

Dimanche 21 juin se tenaient en Serbie les élections législatives et municipales, remportées par le parti au pouvoir. Une vidéo a depuis largement circulé en ligne, montrant une femme en train d’accompagner plusieurs personnes dans l’isoloir et semblant leur indiquer un parti sur le bulletin de vote. Un cas de fraude manifeste selon le CRTA, un organisme indépendant d’observation des élections.

La vidéo dure 3’14, elle montre une salle de classe où se déroule une élection. Une femme circule dans la pièce et accompagne trois personnes dans l’isoloir, constitué d’une grande plaque de carton pliée. Elle indique à plusieurs électeurs un endroit sur le bulletin de vote, désignant a priori un parti sur la liste imprimée sur le bulletin. À deux reprises, elle insère dans l’urne les bulletins à la place des votants.


La vidéo a largement circulé sur les réseaux sociaux en Serbie à partir du 23 juin, sans que sa source originale n’ait pu être identifiée. À l’issue de ce scrutin boycotté par les principaux partis d’opposition, le parti au pouvoir a recueilli 63 % des suffrages et son partenaire dans la coalition de gouvernement sortante, 11 %. Selon l’opposition, des élections libres étaient impossibles du fait de la distorsion du paysage médiatique et démocratique. Malgré cet appel au boycott, les instituts de sondage ont relevé un taux de participation d’un peu moins de 50 %.
 

Plusieurs indices attestent que la vidéo est récente et prise en Serbie


La rédaction des Observateurs de France 24 a pu confirmer que cette vidéo a été prise lors des élections législatives et municipales tenues le dimanche 21 juin grâce à plusieurs éléments visuels.

Tout d’abord, de nombreuses personnes dans cette salle portent un masque chirurgical, signe que la vidéo a été filmée après l’apparition du Covid-19, le port du masque n’étant pas commun dans le pays avant la pandémie. Le premier cas de coronavirus a été confirmé en Serbie le 6 mars et aucune autre élection n’a été organisée depuis cette date.

Sur cette capture d'écran réalisée par la rédaction des Observateurs de France 24, la quasi-totalité des personnes présentes dans la salle de classe porte un masque. On distingue également deux urnes de couleurs différentes.


Par ailleurs, les deux urnes électorales, l’une rose et l’autre bleue, indiquent que les électeurs sont appelés à voter pour deux types de représentants, les députés et les maires, une caractéristique des élections du 21 juin en Serbie.

Enfin, deux derniers indices renforcent l'hypothèse que la vidéo a bien été filmée en Serbie : on entend plusieurs personnes parler serbe et on aperçoit au mur le portrait de Vuk Stefanovic Karadzic, un linguiste serbe dont le portrait est très souvent affiché dans les salles de classe du pays.

À gauche, une capture d'écran de la vidéo, où l'on aperçoit le portrait du linguiste Vuk Stefanovic Karadzic, visible à droite en grand format (crédit : Wikipédia).



"C’est la première fois qu’une telle vidéo vient documenter les fraudes électorales en Serbie"Pour le Centre serbe pour la transparence électorale (CRTA), cette vidéo montre pour la première fois le type de fraude électorale généralement pratiquée dans le pays. Rasa Nedeljkov, responsable de la mission d’observation des élections de l’organisme, enquête sur les images :
 

Nos observateurs sur le terrain ont reconnu la salle de classe d’un petit village, Bugdanovica, situé près de la petite ville d’Ub. Nous attendons les dernières confirmations sur cette localisation ainsi que sur l’identité de la femme visible sur les images.

La vidéo semble aussi montrer une technique de fraude électorale dont nous avions entendu parler auparavant, c’est-à-dire le fait de venir en groupe et d’exercer une pression sur l’électeur pour qu’il vote pour tel ou tel parti. À notre sens, il ne s’agit clairement pas d’une personne qui aurait voulu aider un groupe de personnes illettrées par exemple.

Après une analyse détaillée des images, on peut voir plusieurs infractions : regroupement de personnes illégal dans l’isoloir, suggestion non autorisée de la femme à plusieurs votants, manque de réactions des assesseurs du bureau de vote, acte criminel de pression sur le vote ou d’achat de vote. Une fois que nous aurons confirmé le lieu du vote et l’identité des personnes impliquées, nous transmettrons les informations aux autorités pour que la justice s’en saisisse.

 

"Un Serbe sur cinq affirme avoir subi des pressions ou achats de vote"

 

C’est la première fois qu’une telle vidéo vient documenter les fraudes électorales en Serbie, et ces images ont vivement intéressé le public. Elles viennent mettre en lumière une situation vécue par de nombreux Serbes. Selon une étude menée par des sociologues en septembre 2019 et en mars 2020, un Serbe sur cinq a personnellement subi une pression sur son vote ou un achat de vote.

D’autant que la campagne électorale a été largement inéquitable, avec un temps de parole occupé à plus de 90 % par le président et les représentants de son parti, qui ont par ailleurs utilisé les actions menées par l’État pendant l’état d’urgence et la pandémie de Covid-19 comme des activités promotionnelles.

Pour ce scrutin, nous avons aussi reçu beaucoup plus de signalements d’irrégularités que pour les précédentes élections. Ces signalements concernent, pour le 21 juin, 8 à 10 % des bureaux de vote, contre 3 % en 2015 et 4 % en 2017. À notre sens, ces irrégularités n’ont pas fondamentalement modifié le résultat de l’élection, mais elles ont pu gonfler artificiellement le taux de participation.


Une association serbe de défense de la constitutionnalité, UZUZ, a fait savoir à la presse le 25 juin qu’elle avait enquêté sur cette vidéo et qu’il s’agirait d’un vote collectif d’un groupe de Roms, qui auraient reçu chacun 1 000 dinars (8,50 euros) et un "paquet". Notre rédaction n’a pas été en mesure de vérifier ces allégations.

Article écrit par Liselotte Mas.