La Serbie entre les mains du tout-puissant Aleksandar Vucic

Libération.fr

Elu président dès le premier tour, dimanche, le Premier ministre et chef du Parti progressiste cumule pour l’instant les trois fonctions.

A47 ans, le nouveau maître de Belgrade, Aleksandar Vucic, peut savourer son triomphe. Elu président de la République dimanche dès le premier tour avec 55,1 % des voix, l’actuel Premier ministre serbe et chef de l’hégémonique Parti progressiste de Serbie (SNS) a gagné son pari. Une victoire absolue, sans appel, au terme d’une campagne qu’il aura dominée du début à la fin.

«Une campagne injuste et biaisée, lâche Tamara Skrozza, journaliste à l’hebdomadaire Vreme. Les candidats n’ont pas été représentés de manière égale dans les médias, la fonction publique a été politisée, tandis que le SNS a puisé dans les ressources de l’Etat pour assurer la promotion du candidat Vucic. Les citoyens ont eu peur d’exprimer leur opinion politique. Ceux qui ont tenté de critiquer le gouvernement et son chef ont aussitôt été pris pour cible par les médias sous son contrôle.»

Le résultat a été à la hauteur des moyens engagés. L’écart entre ses adversaires est énorme : le candidat de la société civile, l’ex-médiateur de la République Sasa Jankovic, arrive en deuxième position avec 16,27 % des voix, soit presque 40 points de différence. Le candidat indépendant Ljubisa Preletacevic «Beli» est troisième (9,44 %), suivi par l’ex-président de l’Assemblée générale de l’ONU Vuk Jeremic (5,64 %) et le chef de l’extrême droite nationaliste, Vojislav Seselj (4,47 %).

«Pas d’instabilité». C’est aussi la première fois depuis l’élection de 1992, et la victoire du dictateur Slobodan Milosevic avec 53 % des voix, qu’un président de la République est élu au premier tour en Serbie. «J’ai obtenu plus de 12 points de plus que tous les autres candidats cumulés, s’est félicité Aleksandar Vucic dimanche soir, lors de sa conférence de presse. Avec un résultat pareil, il n’y a pas d’instabilité. La Serbie est forte et sera encore plus forte.»

«Cela fait maintenant vingt-sept ans (...)

Lire la suite sur Liberation.fr

Le supermarché sans caisses Amazon Go ne marche pas
Afrique du Sud: l’incertitude politique menace l’économie du pays
En Equateur, Lenín Moreno face au défi de succéder à Correa
«[Marine Le Pen], je ne l’ai jamais rencontrée.»
Australie: l’ONU fustige le racisme envers les aborigènes

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages