"Ce sera toujours là ": six ans après le 13-Novembre, les Parisiens encore marqués par les attaques

·1 min de lecture

130 morts, 350 blessés, il y a six ans jour pour jour, des commandos de l'État islamique frappaient Paris en plein cœur. Des attentats suicide au Stade France, des fusillades sur les terrasses des 10e et 11e arrondissements, mais aussi dans la salle de concert du Bataclan. À l'heure des commémorations qui se déroulent toute la journée ce samedi, la douleur est toujours vive dans ces quartiers notamment chez Grégory Reibenberg, le gérant du restaurant "La Belle équipe" où 21 personnes ont été fusillées sur sa terrasse. "Le 13, c'est un peu morose, c'est très difficile d'être là", confie-t-il.

"Je préfère pleurer chez moi que dans la rue avec tout le monde"

À l'entrée du restaurant "La Belle Equipe", une fresque discrète égrène le nom des 21 victimes fusillées sur la terrasse. Ce soir-là, le gérant perd sa femme et des proches. Chaque année, les commémorations lui rappellent des souvenirs douloureux. "C'est pesant... Les cicatrices n'empêchent pas de sourire et d'être heureux dans la vie. Pour autant, ce n'est pas nécessaire de s'appuyer sur des gens spécifiques, personnellement je préfère pleurer chez moi que dans la rue avec tout le monde."

>> À LIRE AUSSI13-Novembre : comment vont se dérouler les commémorations

Un peu plus loin, Fabien, un habitant du quartier, longe le Carillon et le Petit Cambodge. Six ans plus tard, il est impossible pour lui de s'arrêter ici. "Je fais un blocage", lance-t-il. "Je n'apprécie pas, je suis tendu, je l'ai fait une fois, je le refera...


Lire la suite sur Europe1

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles