Il sera bientôt trop tard pour connaître l'origine du SARS-CoV-2

·1 min de lecture
The Conversation
The Conversation

Le SARS-CoV-2, virus de la Covid-19, a engendré la plus grande pandémie de ces cent dernières années… Comprendre ses origines est donc crucial pour élucider ce qui s’est passé fin 2019 – et se préparer à la prochaine pandémie virale. Les études de ce type prennent du temps, demandent de l’organisation et de la coopération. Elles doivent de surcroît être guidées par des principes scientifiques, et non par des motivations politiques ou de la posture. Or, pour diverses raisons, l’enquête en cours sur les origines du SARS-CoV-2 a déjà pris trop de temps : les premiers cas ont été déclarés à Wuhan, en Chine, en décembre 2019, soit voici plus de 20 mois.

Comme l’ont rapporté différents médias, le 24 août dernier les agences de renseignement états-uniennes ont transmis au président Joe Biden le résultat de leur recherche sur l’émergence de l’épidémie. (Un résumé de ces travaux était déclassifié et rendu public quelques jours plus tard, ndlr).

Covid-19 : que nous apprend l'analyse des séquences supprimées du SARS-CoV-2 par un chercheur américain ?

Selon un compte-rendu préliminaire publié dans le New York Times, l’enquête ne permet pas encore de déterminer si la propagation du virus a fait suite à un accident de laboratoire ou a procédé d’une émergence naturelle impliquant un passage de l’animal à l’être humain.

Si l'éventualité d'une fuite en laboratoire demeure une piste à explorer (à condition de parvenir à l’étayer scientifiquement), elle ne doit pas détourner l’attention de l’autre hypothèse qui, si l’on se base sur les données actuellement disponibles, devrait mobiliser l’essentiel de notre énergie… En effet, plus le temps passe, moins les experts seront en capacité de déterminer les origines biologiques du virus.

L’hypothèse de l’accident de laboratoire reste très populaire dans les médias. Ce n’est pourtant pas la plus étayée scientifiquement. En photo, le laboratoire P4 de Wuhan, en 2020. © Hector Retamal, AFP
L’hypothèse de l’accident de laboratoire reste très populaire dans les médias. Ce n’est pourtant pas la plus étayée scientifiquement. En photo, le laboratoire P4 de Wuhan, en 2020. © Hector Retamal, AFP

Six recommandations pour la suite de l’enquête

Je fais...

> Lire la suite sur Futura

À lire aussi sur Futura

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles