Huit policiers pakistanais pris en otage par des manifestants anti-France

S. V.
·2 min de lecture
Image d'illustration - policier à Karachi (Pakistan) le 15 avril 2021 - Rizwan TABASSUM / AFP
Image d'illustration - policier à Karachi (Pakistan) le 15 avril 2021 - Rizwan TABASSUM / AFP

Huit policiers pakistanais ont été pris en otage dimanche à Lahore par des manifestants anti-France appartenant à un parti islamiste radical. Un premier message faisait état d'au moins sept policiers retenus.

"Des membres du TLP", le parti Tehreek-e-Labbaik Pakistan, "retiennent en otage huit policiers", a déclaré Rana Arif, porte-parole de la police à Lahore. "D'autres policiers qui avaient été capturés dimanche matin ont été libérés, mais huit sont toujours otages".

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

Une vidéo mise en ligne dimanche, dont l'authenticité a été confirmée à l'AFP par la police de Lahore, montre un officier de police, la tête entourée d'un bandage tâché de sang, s'adresser à la caméra depuis l'intérieur de la mosquée. Les images montrent ensuite des membres du TLP assis par terre autour de lui.

Ils demandent l'expulsion de l'ambassadeur français

Les islamistes protestent depuis lundi contre la mise en prison de leur chef, qui a été arrêté pour avoir demandé l'expulsion de l'ambassadeur de France. Des manifestations anti-France ont eu lieu dans plusieurs villes du pays, entraînant la mort de six policiers et conduisant l'ambassade de France à appeler ses ressortissants à quitter provisoirement le pays.

Selon Firdous Ashiq Awan, "des groupes violents armés de cocktails Molotov et de bouteilles d'acide ont envahi le commissariat de Nawankot ce matin".

Des chefs du TLP, parti officiellement interdit, ont indiqué que plusieurs membres de leur mouvement ont été tués dimanche. "Nous ne les enterrerons pas tant que l'ambassadeur de France n'est pas expulsé", a déclaré dans une vidéo mise en ligne Allama Muhammad Shafiq Amini, un chef du TLP à Lahore.

Le TLP a entrepris une campagne anti-française depuis que le président Emmanuel Macron a défendu à l'automne dernier le droit de Charlie Hebdo de publier les caricatures de Mahomet, un acte qu'ils jugent blasphématoire.

Article original publié sur BFMTV.com