Sept mois : c'est le temps qu'il faut au cerveau pour se remettre de l'alcoolisme

Quand on développe une addiction, le cerveau souffre, et modifie sa structure en lien avec cette dépendance. Dans le cas de l’alcoolisme, jusqu’à présent on ne savait pas exactement comment ce dernier réagissait et se « remettait » après un sevrage. Alors, des chercheurs américains ont mené une étude chez des patients traités contre leur addiction à l’alcool, avec des IRM réguliers, pour voir à quel moment et à quel endroit, le cerveau évoluait au fil de leur guérison. « Plusieurs études transversales ont fait état d'un amincissement cortical généralisé chez les personnes souffrant de troubles liés à la consommation d'alcool (TCA). Les quelques études longitudinales portant sur les modifications de l'épaisseur du cortex pendant l'abstinence se limitent au premier mois de sobriété », précise la recherche en préambule. Cette fois-ci, les chercheurs ont fait des IRM à un semaine, un mois et un peu plus de sept mois d’abstinence, chez quatre-vingt huit personnes.

Sept mois pour que le cerveau récupère

Parmi les personnes étudiées au cours de ces sept mois d'analyse, quarante cinq patients ont rechuté. Cela dit, ils sont restés dans le processus et leurs résultats ont permis de comparer les images cérébrales de ceux qui avaient recommencé à boire, avec ceux qui avançaient vers la sobriété. En comparaison, les chercheurs ont aussi ajouté des images de cerveaux de témoins qui n'étaient dépendants à aucune substance, ni au (...)

Lire la suite sur Top Santé

Contre les reflux gastriques, une nutritionniste conseille cette boisson le matin
De quelle quantité de protéines ai-je vraiment besoin après 40 ans ? La science répond
Listeria : rappel d’un lot de jambon vendu chez Carrefour
Déprime saisonnière : les aliments (autres que le chocolat) qui mettent de bonne humeur
Un médecin recommande 5 aliments pour se réchauffer cet hiver et réduire son cholestérol