Sept mois après le passage de la grêle, ces habitants de l'Allier vivent toujours sans toiture

Le toit de la maison d'Isabelle est encore endommagé, sept mois après le passage de la grêle à Vichy - BFMTV

Depuis début juin et le passage d’une terrible tempête de grêle dans un village près de Vichy, des dizaines d’habitants vivent toujours dans des conditions précaires.

Depuis début juin, Isabelle et sa famille ne peuvent plus vivre dans leur maison. Lors du passage de la grêle à la fin du printemps dernier, leur toit s’est effondré. Dans l'Allier, des grêlons aussi gros que des balles de tennis sont tombés du ciel, causant des dommages pour de nombreux habitants.

En attendant les réparations, cette famille vit dans un mobile-home, installé sur son terrain. "Depuis le 4 juin, on ne peut plus rien faire", déplore Isabelle au micro de BFMTV. "Rien n'est isolé, pour nos enfants ce n'est pas une vie."

Un problème de main d'oeuvre

Selon Isabelle, l’expert missionné par l’assurance a mis beaucoup trop de temps à évaluer les dégâts. Un cas loin d’être isolé, car dans ce village situé à quelques kilomètres de Vichy, plusieurs dizaines de toitures sont toujours bâchées.

Les travaux prennent du temps en raison de la pénurie de tuiles due à la flambée des prix du gaz, explique à BFMTV Tony Mandonnet, couvreur à Vichy.

"La tuile c'est de la terre cuite. Forcément il faut des fours et pour alimenter les fourneaux il faut du gaz", résume-t-il.

Le manque de main d’œuvre dans le secteur vient aussi s’ajouter à cette pénurie: la région Auvergne-Rhône Alpes compte moins de 4000 couvreurs pour plus de 8 millions d’habitants.

Article original publié sur BFMTV.com

VIDÉO-Koweït : Une rare tempête de grêle s'abat sur le pays