Sept mises en examen dans une filière vietnamienne d'immigration clandestine vers l'Angleterre

·1 min de lecture
 (Photo d'illustration) - AFP
(Photo d'illustration) - AFP

Sept personnes impliquées dans une filière vietnamienne d'immigration clandestine à destination du Royaume-Uni ont été mises en examen, a annoncé ce jeudi la procureure de la République de Lille, Carole Etienne, dans un communiqué.

Trois d'entre eux, considérés comme les "principaux organisateurs", ont été placés en détention provisoire et les quatre autres sous contrôle judiciaire le 15 octobre, a-t-elle précisé.

Ils sont soupçonnés de "traite d'être humain", "emploi d'étranger non muni d'une autorisation de travail" et d'"aide à l'entrée, à la circulation ou au séjour irréguliers d'étrangers", le tout en bande organisée.

Arrêtés le 12 octobre

Tous avaient été arrêtés le 12 octobre dernier, avec trois autres personnes, dans le cadre d'une enquête de la Juridiction interrégionale spécialisée de Lille (JIRS).

L'enquête a révélé que les organisateurs hébergeaient en région parisienne des migrants vietnamiens "ayant transité par voie aérienne dans différents pays d'Europe de l'Est" avant d'entrer en France par la route.

"Une partie de ces clandestins était employée pour travailler dans le BTP ou dans des commerces, le temps de payer leur passage vers la France puis l'Angleterre, pour une somme de 8000 à 10.000 euros par personne", a expliqué Carole Etienne.

Plus de 100.000 euros en liquide saisis

Des chauffeurs acheminaient ensuite ces migrants dans le Nord, principalement dans un camp de Grande-Synthe. Leur passage vers le Royaume-Uni était alors organisé par des filières locales.

Plus de 100.000 euros ont été saisis en liquide et plus de 200.000 euros sur des comptes bancaires lors de ces opérations, est-il précisé dans le communiqué.

Article original publié sur BFMTV.com

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles