Les « sept minutes de terreur » du rover Perseverance décryptées avec Olivier Sanguy

Nathalie Mayer, Journaliste
·2 min de lecture

Le 30 juillet 2020, Perseverance, le rover de la Nasa, a pris la direction de Mars. Son arrivée sur la planète rouge est désormais imminente. Elle est prévue pour ce jeudi 18 février 2021, à 21 heures 55, heure de Paris. « C’est du moins l’heure à laquelle la Nasa espère recevoir la confirmation d’un bon atterrissage. En tenant compte des délais de télémétrie », nous précise immédiatement Oliver Sanguy, spécialiste des actualités spatiales à la Cité de l’espace.

Où atterrira le rover Perseverance sur Mars ?

Si la confirmation d’un bon atterrissage arrive, c’est que le rover aura survécu à ce que les ingénieurs de la Nasa appellent depuis 2012, les « sept minutes de terreur » ! « L’expression a vu le jour pour l’atterrissage sur Mars d’un autre rover : Curiosity », se souvient Olivier Sanguy.

À l’époque, Adam Steltzner, l’ingénieur en chef du système d’atterrissage, expliquait dans une vidéo de la Nasa : « Du haut de l’atmosphère à la surface de la planète rouge, il faudra à Curiosity environ sept minutes. Et pour que son signal arrive jusqu’à nous, sur Terre, il faudrait quelque 14 minutes. Lorsqu’il nous dira : “J’ai bien pénétré l’atmosphère de Mars.” cela fera en réalité déjà sept minutes qu’il sera à la surface. Vivant ou mort ? Nous l’ignorerons. » Le même scénario va se reproduire le 18 février pour Perseverance.

En 2012, la Nasa présentait la nouvelle technologie Sky Crane qui sera réutilisée pour l’atterrissage de Perseverance, le 18 février prochain. © JPL-Caltech, Nasa

Un atterrissage nécessairement automatisé

« De toute façon, l’atterrissage d’un rover tel que Perseverance ne pourrait pas être piloté par un humain. Il y a tellement de choses qui s’enchainent, des paramètres tellement précis à prendre en compte qu’il faut nécessairement l’automatiser », souligne Olivier Sanguy. Et si les ingénieurs de la Nasa parlent de sept minutes de terreur, c’est aussi pour ça. Parce que pendant cette phase — que les initiés appellent la phase EDL pour Entry, Descent,...

> Lire la suite sur Futura

À lire aussi sur Futura