Sept députés et huit sénateurs soupçonnés de détournement de fonds publics, selon "Le Monde"

franceinfo
Quinze parlementaires, dont l'ex-patron du Parti socialiste Jean-Christophe Cambadélis, sont soupçonnés d'avoir utilisé leurs indemnités de frais de mandat pour des dépenses personnelles.

Quinze parlementaires ont été l'objet, fin 2018, d'un signalement judiciaire de la Haute Autorité pour la transparence de la vie publique (HATVP), révèle Le Monde, jeudi 11 juillet. Au total, sept députés et huit sénateurs, dont deux députés et cinq sénateurs toujours en exercice, ont été signalés au parquet national financier (PNF) "pour des dépenses présumées interdites s'étageant entre 20 000 euros et 80 000 euros par élu".

Parmi eux, le sénateur centriste de la Marne Yves Détraigne et l'ancien patron du Parti socialiste (PS) Jean-Christophe Cambadélis "sont visés par deux enquêtes préliminaires distinctes" du PNF, "pour des soupçons de détournement de fonds publics liés à l'usage de leurs indemnités de frais de mandat", indique le quotidien.

Selon la HATVP, tous deux auraient financé des dépenses personnelles avec leur indemnité représentative de frais de mandat (IRFM). Celle-ci doit "être strictement réservée à des postes précis : frais de permanence et d'hébergement, de transport, de représentation et de réception, de communication et, enfin, de formation", rappelle Le Monde.

Des virements de dizaines de milliers d'euros

Yves Détraigne "aurait ainsi viré à deux reprises plusieurs dizaines de milliers d'euros" depuis son compte IRFM pour "financer des (...)

Lire la suite sur Franceinfo

Cette vidéo peut également vous intéresser :