Publicité

Ukraine: Kiev de nouveau visé par des missiles balistiques russes

Des sauveteurs sur le site d'une attaque de missiles russes à Kiev, le 25 mars 2024 en Ukraine (Sergei SUPINSKY)
Des sauveteurs sur le site d'une attaque de missiles russes à Kiev, le 25 mars 2024 en Ukraine (Sergei SUPINSKY)

Dix personnes ont été blessées lundi par des débris de missiles russes abattus à Kiev, une nouvelle preuve, selon l'Ukraine, de son besoin "urgent" de systèmes de défense antiaérienne fournis par les Occidentaux.

La Russie a multiplié les bombardements chez son voisin ces dernières semaines, visant notamment les infrastructures énergétiques, en représailles aux attaques ukrainiennes contre ses régions frontalières. Il s'agit de la troisième attaque aérienne sur la capitale en cinq jours.

Parallèlement, un homme de 65 ans a été tué par un tir d'artillerie contre le village de Vovtchansk, dans la région de Kharkiv (nord-est).

A Kiev, des explosions ont été entendues juste après une sirène d'alerte aérienne par des journalistes de l'AFP lundi matin, autour de 08H30 GMT.

Le maire Vitali Klitschko a indiqué que 10 personnes avaient été blessées.

Oksana, une habitante de Kiev, était au travail au moment des faits: "Avant que je ne puisse faire quoi que ce soit, la première explosion a retenti", dit-elle à l'AFP. "Il y a eu un nuage de poussière, des voitures et des vitres brisées, tout a été détruit".

- 300.000 personnes sans électricité à Odessa -

Les services d'urgence ont publié des photos de bâtiments sérieusement endommagés, ainsi que d'un cratère tout près d'une maison. On peut y voir des secouristes travaillant dans un enchevêtrement de gravas, où briques et morceaux de béton se mêlent à des fragments de parquet.

Selon le chef de l'administration militaire de Kiev, Serguiï Popko, deux missiles balistiques lancés depuis la Crimée annexée "ont été détruits".

11 personnes ont également été blessées lors d'une attaque nocturne de drones russes dans les régions méridionales de Mykolaïv et Odessa.

A Odessa, 300.000 personnes restaient privées d'électricité lundi soir suite aux attaques ayant endommagé des infrastructures énergétiques, selon les autorités régionales.

- Incident diplomatique russo-polonais -

L'Ukraine, très dépendante de l'aide militaire fournie par ses partenaires occidentaux, les presse depuis plusieurs mois d'en envoyer davantage et plus vite.

Le chef de la diplomatie ukrainienne,  Dmytro Kouleba, a exhorté lundi à la livraison de systèmes antiaériens américains Patriot "capables de repousser toute attaque russe".

"L'Ukraine est actuellement le seul pays au monde à être attaqué presque quotidiennement par des missiles balistiques. Les Patriot doivent être stationnés ici et maintenant pour sauver des vies humaines", a-t-il déclaré sur X.

Mais une importante aide américaine est toujours bloquée au Congrès du fait de l'opposition entre républicains et démocrates. Le président Joe Biden et son administration veulent rapidement parvenir à un vote favorable.

"L'Ukraine a besoin de notre aide maintenant. Il n'y a pas un instant à perdre", a exhorté sur X l'ambassadrice américaine à Kiev, Bridget Brink.

Après une brève incursion d'un missile russe dans l'espace aérien polonais dimanche, le chef de la diplomatie polonaise Radoslaw Sikorski a fait valoir que l'agression russe contre l'Ukraine menaçait la sécurité des Etats-membres de l'Otan, lors d'un entretien avec le secrétaire général de l'Alliance Jens Stoltenberg.

Convoqué par Varsovie, l'ambassadeur de Russie en Pologne Sergueï Andreïev ne s'est pas présenté lundi, jugeant "absurde" d'en discuter faute de "preuves".

La Pologne est un ferme soutien de l'Ukraine voisine depuis l'invasion russe déclenchée fin février 2022.

- Centrale électrique russe touchée -

Le front reste en grande partie gelé depuis plus d'un an, aucun camp ne réussissant de véritable percée, mais Kiev est sur la défensive depuis plusieurs mois à cause du manque de munitions.

L'armée ukrainienne a ainsi annoncé lundi soir que la situation était "difficile et tendue" dans l'Est autour de la ville de Tchassiv Iar.

"Aujourd'hui (lundi), c'est le point de focalisation de l'ennemi dans ses opérations d'assaut. Il essaie de percer nos défenses pour atteindre Tchassiv Iar", a déclaré Oleg Kalachnikov, officier de presse de la 26e brigade d'artillerie ukrainienne.

Il a précisé que la Russie avait intensifié l'utilisation de puissantes bombes guidées dans la zone et "les lâche sur des zones habitées et sur nos positions fortifiées".

En Russie, les attaques aériennes contre les régions russes frontalières se sont multipliées ces dernières semaines, faisant plusieurs morts dans celle de Belgorod. Des groupes de combattants, se présentant comme des volontaires russes anti-Kremlin, ont également mené des incursions armées que Moscou a dit avoir repoussées.

L'armée russe assure bombarder l'Ukraine en représailles à ces attaques, elles-mêmes des réponses aux frappes quotidiennes contre des villes ukrainiennes.

En Russie, un incendie s'est déclaré dans une importante centrale électrique de la région de Rostov, a indiqué le gouverneur local, à la suite d'une série d'attaques de drones ukrainiens dans la région.

Deux unités de la centrale de Novotcherkassk, l'une des plus grandes du sud-ouest de la Russie, ont été mises hors service, a indiqué le gouverneur Vassili Goloubev dans un message publié sur Telegram.

Le chef des services spéciaux ukrainiens, Vassyl Maliouk, a pour sa part revendiqué 13 attaques à ce jour contre des raffineries russes avec "des drones à longues portée", dans une interview à la télévision ukrainienne.

bur-neo/mba/fjb