"Insoutenable. J’en pleure." : Sept à Huit consacre un reportage choc sur des policiers face à l’inceste, les internautes sidérés

·2 min de lecture
Zoé, 7 ans, a été entendue par Carole, policière à la brigade des mineurs de Grasse.

Ce dimanche 21 février, Sept à Huit a diffusé un reportage choc consacré à la brigade des mineurs de Grasse face à l’inceste. L’émission phare de TF1 a retracé notamment l’histoire de la petite Zoé, 7 ans, qui accuse son père de l’avoir violée. La petite fille a livré un témoignage glaçant qui a révélé des faits tout aussi graves concernant son père. Un sujet et des images rares à la télévision qui ont sidéré de nombreux internautes.

Un décor et un environnement qui feraient penser à une salle d’une classe de maternelle. Mais il n’en est rien. Ce dimanche soir, Sept à Huit s’est immergé dans les locaux d’un commissariat et plus précisément de ceux de la brigade des mineurs de Grasse où travaillent des enquêteurs chargés de recueillir la parole d’enfants sur un sujet aussi lourd que tabou : l’inceste. Le reportage s’est intéressé plus particulièrement à l’histoire de Zoé (son prénom a été modifié pour l’émission), 7 ans, qui accuse son père de l’avoir violée. La petite fille, qui s’est d’abord confiée à sa mère, a été entendue par Carole et Virginie, policières à la brigade des mineurs, dans une salle aménagée et filmée.

“Bravo pour le sang froid des policiers.”

La petite fille a répondu avec calme et précision, gestes à l’appui, aux questions des policières, en décrivant tous les attouchements qu’elle aurait subis de la part de son père, des attouchements qui s’apparentent à des viols. Carole, aidée par Tony, son responsable, va alors auditionner l’entourage de la petite Zoé, dont sa mère, sa grand-mère… et son père. Depuis, ce dernier a été mis en examen et écroué. Il a reconnu des faits de viols sur sa fille mais également sur son fils.

Une immersion et des témoignages saisissants qui ont sidéré de nombreux téléspectateurs qui n’ont pas manqué de saluer tout le travail et le sang froid des policiers.

Tweet
Tweet
Tweet
Tweet
Tweet
Tweet
Tweet
Tweet
Tweet
Tweet
Tweet
Tweet
Tweet
Tweet
Tweet
Tweet
Tweet
Tweet
Tweet
Tweet
Tweet
Tweet
Tweet
Tweet
Tweet
Tweet
Tweet
Tweet
Tweet
Tweet

Ce contenu peut également vous intéresser :