"Aberrant", "scandaleux" : dans Sept à Huit, un reportage sur les ventes de chiots pendant le confinement scandalise la Toile

Sarah M.
·4 min de lecture

Ce dimanche 4 avril, le magazine Sept à Huit s’est intéressé au "boom des animaux de compagnie", un phénomène observé depuis quelques mois en France. En pleine pandémie de coronavirus, de nombreuses familles concrétisent leur rêve d’adopter un chiot. Si leurs petites bouilles sont attendrissantes, ce reportage a choqué de nombreux internautes, scandalisés par certaines pratiques.

Voilà un an maintenant que nos vies ont été bouleversées par la crise sanitaire de coronavirus. Il a fallu réorganiser son quotidien, et composer avec les confinements successifs. Une situation inédite qui a donné lieu à de nombreuses conséquences, certaines plus inattendues que d’autres. Ce dimanche 4 avril, les journalistes de Sept à Huit, présenté par Harry Roselmack sur TF1, se sont intéressés au "boom des animaux de compagnie".

Des motivations qui laissent perplexes

L’occasion pour les téléspectateurs de découvrir Ludivine et Rodolphe, des amoureux qui ont attendu pendant cinq mois avant d’enfin rencontrer leur chiot, jusqu’alors dorloté par Lucile et son mari Jean-Baptiste, tous deux éleveurs. Face aux caméras de TF1, Ludivine et Rodolphe ont expliqué que la période les avait "décidés" à adopter leur petite boule de poils, même s’ils en rêvaient depuis longtemps. "Avec toutes les privations de liberté qu’on a, ça va nous faire une petite bouffée d’oxygène" a même assuré Rodolphe, ravi face à son petit chiot, "pile poil" de la couleur qu'il souhaitait. Un premier point qui a scandalisé les internautes, outrés par la démarche du couple.

Un reportage sur les ventes de chiots pendant le confinement scandalise la Toile
Un reportage sur les ventes de chiots pendant le confinement scandalise la Toile
Un reportage sur les ventes de chiots pendant le confinement scandalise la Toile
Un reportage sur les ventes de chiots pendant le confinement scandalise la Toile
Un reportage sur les ventes de chiots pendant le confinement scandalise la Toile
Un reportage sur les ventes de chiots pendant le confinement scandalise la Toile
Un reportage sur les ventes de chiots pendant le confinement scandalise la Toile
Un reportage sur les ventes de chiots pendant le confinement scandalise la Toile
Un reportage sur les ventes de chiots pendant le confinement scandalise la Toile
Un reportage sur les ventes de chiots pendant le confinement scandalise la Toile
Un reportage sur les ventes de chiots pendant le confinement scandalise la Toile
Un reportage sur les ventes de chiots pendant le confinement scandalise la Toile
Un reportage sur les ventes de chiots pendant le confinement scandalise la Toile
Un reportage sur les ventes de chiots pendant le confinement scandalise la Toile
Un reportage sur les ventes de chiots pendant le confinement scandalise la Toile
Un reportage sur les ventes de chiots pendant le confinement scandalise la Toile
Un reportage sur les ventes de chiots pendant le confinement scandalise la Toile
Un reportage sur les ventes de chiots pendant le confinement scandalise la Toile
Un reportage sur les ventes de chiots pendant le confinement scandalise la Toile
Un reportage sur les ventes de chiots pendant le confinement scandalise la Toile
Un reportage sur les ventes de chiots pendant le confinement scandalise la Toile
Un reportage sur les ventes de chiots pendant le confinement scandalise la Toile
Un reportage sur les ventes de chiots pendant le confinement scandalise la Toile
Un reportage sur les ventes de chiots pendant le confinement scandalise la Toile

Un élevage qui pose question

Pour s’offrir cette petite boule de poils absolument adorable, Ludivine et Rodolphe ont dépensé la coquette somme de 4000 euros. Depuis 14 ans, Lucile et Jean-Baptiste font naitre des chiots dans leurs élevage situé au nord de la Bretagne, comme l’ont expliqué les journalistes de Sept à Huit. Au total, les éleveurs comptent 53 chiens producteurs, et 50 à 70 chiots qui naissent chaque année. "Mais depuis quelques mois, il n’y a plus assez de chiots pour répondre à la demande" est-il expliqué. La demande est si grande que les délais d’attente sont rallongés depuis le début de la crise sanitaire. Pourtant, Lucile et Jean-Baptiste n’ont pas augmenté le nombre de portées, comme l’éleveuse l’assure face aux caméras de Sept à Huit : "On fait attention au bien-être animal (…) la priorité ce n’est pas de faire de l’argent. On ne fera pas plus de chiots à l’année". Une mise au point qui n’a absolument pas convaincu les téléspectateurs. Pour la plupart, la SPA reste le meilleur moyen d’adopter un chien.

Un reportage sur les ventes de chiots pendant le confinement scandalise la Toile
Un reportage sur les ventes de chiots pendant le confinement scandalise la Toile
Un reportage sur les ventes de chiots pendant le confinement scandalise la Toile
Un reportage sur les ventes de chiots pendant le confinement scandalise la Toile
Un reportage sur les ventes de chiots pendant le confinement scandalise la Toile
Un reportage sur les ventes de chiots pendant le confinement scandalise la Toile
Un reportage sur les ventes de chiots pendant le confinement scandalise la Toile
Un reportage sur les ventes de chiots pendant le confinement scandalise la Toile
Un reportage sur les ventes de chiots pendant le confinement scandalise la Toile
Un reportage sur les ventes de chiots pendant le confinement scandalise la Toile
Un reportage sur les ventes de chiots pendant le confinement scandalise la Toile
Un reportage sur les ventes de chiots pendant le confinement scandalise la Toile
Un reportage sur les ventes de chiots pendant le confinement scandalise la Toile
Un reportage sur les ventes de chiots pendant le confinement scandalise la Toile

Adopter un chien, "un remède idéal pour lutter contre l’ennui exacerbé par la pandémie" peut-on entendre dans ce reportage de Sept à Huit qui a provoqué une vive polémique sur la Toile. Si bien que beaucoup d’internautes n’ont pas hésité à interpeller diverses associations de défense des animaux…