Sept à Huit : un chirurgien esthétique scandalise les internautes

·1 min de lecture

A l’heure où la chirurgie esthétique ne cesse de se banaliser, Sept à Huit a consacré ce dimanche 7 février un reportage à « la folie du bistouri » au Maroc. L’émission de TF1 a suivi plusieurs patientes très fières de leur corps transformé pour correspondre à certains canons de beauté. Cette silhouette toute en volumes, qui semble inspirée de celle de Kim Kardashian, a choqué une partie du public. Craignant une uniformisation des corps, ils ont été très nombreux à commenter cette mode de la chirurgie. « Payer une fortune pour se faire un cul d'hippopotame, est-ce que ce monde est sérieux ? », « Elles font flipper avec leur chirurgie, là ! », a-t-on notamment pu lire sur Twitter. Si les femmes refaites de la tête aux pieds ont suscité beaucoup de réactions négatives chez les téléspectateurs, un chirurgien esthétique a également été visé. Dans le reportage de Sept à Huit, un des intervenants les plus récurrents est le Dr Mohamed Guessous, établi à Casablanca, qui est aujourd’hui une vedette dans son pays. L’homme pratique entre 3 et 5 opérations totales par semaine, et sa façon de parler de son métier en a choqué plus d’un.

Tandis que la voix-off de Sept à Huit donnait les tarifs (au moins 4000 euros pour une « lipposculture ») et précisait que certaines clients vont jusqu’à prendre des crédits à la consommation pour payer leurs opérations, Mohamed Guessous s’entretenait avec une jeune femme. Le chirurgien lui présentait, dans un catalogue, sa « gamme colombienne », caractérisée (...)

Lire la suite sur le site de Voici

Caroline Receveur : flattée les internautes qui lui trouvent une ressemblance avec une très célèbre actrice
Anne-Laure Bonnet : les larmes de la journaliste pour les adieux de Téléfoot
« On doit quoi à la France ?! » : la chanteuse Yseult pousse un énorme coup de gueule et divise les internautes
Les Grosses têtes accusées de racisme, sexisme et homophobie : la réaction sans appel de Laurent Ruquier
Jean-Pierre Pernaut : pourquoi le journaliste était un (très) mauvais élève ?