«On se sent laissés à l'abandon» : à Montpellier, des policiers en renfort contre le trafic de drogue

L'insécurité n'est pas qu'un sentiment à Montpellier comme à Béziers, c'est une réalité. Ces deux villes de l'Hérault, voisines de 70 kilomètres, sont gangrénées par le trafic de drogue et la délinquance qui l'accompagne. Le préfet du département confirme l'arrivée de 160 policiers en renfort dès septembre. Les Montpelliérains l'affirment, leur quotidien est devenu un enfer.

>> Retrouvez Europe Matin en replay et en podcast ici

Le trafic de drogue gagne du terrain

"Ils vendaient dans les couloirs." Sous les doigts de Garib, de la peinture encore fraîche. Les inscriptions sur le mur de cet ancien point de deal ont été effacées quelques heures plus tôt. Dans ce quartier où il vit depuis 30 ans, situé à deux kilomètres du centre, il voit le trafic de drogue dangereusement gagner du terrain.

"Il y en a toujours un qui veut vendre le plus que l'autre, qui veut prendre le monopole et au milieu tu as d'honnêtes citoyens qui peuvent prendre une balle ou être pris à partie", déplore-t-il.

"Je ne peux pas aller en ville sans regarder derrière moi"

Pour les associations de quartier, le budget alloué à la sécurité de ces habitants est insuffisant. Il n'y a pas assez de policiers dans les rues, dénoncent certains, comme Fred, assis en terrasse sur une chaise en plastique. "Je ne peux pas aller en ville sans regarder derrière moi, tu sors ton portefeuille, tu n'es pas sûr, je n'ai pas cette tranquillité d'esprit qu'on avait il y a quelques années. On se sent vraiment laissés à l'ab...


Lire la suite sur Europe1