"Je me sens vivant grâce à ce mouvement" : Stéphane "gilet jaune" de la première heure, n'a rien perdu de sa détermination malgré la prison

franceinfo, Matthieu Mondoloni

Alors que les "gilets jaunes" célèbrent leur premier anniversaire samedi 16 novembre, franceinfo a retrouvé les manifestants croisés ces derniers mois pour savoir ce qu'ils sont devenus. Certains ont été marqués par le mouvement, comme Stéphane qui a connu la prison pour la première fois de sa vie. Cet habitant de Saillans dans la Drôme a vécu 11 jours de détention préventive pour des violences qu'il conteste. Un an plus tard, il est toujours aussi déterminé.


L'angoisse d'un retour en prison


Quand franceinfo avait rencontré Stéphane il y a plusieurs mois, il était encore marqué par son passage entre quatre murs. "C'est des moments durs", racontait-il avec des trémolos dans la voix. Il a été marqué par "le bruit des clefs dans les portes. Chaque fois qu'on sort, on est soit menotté soit avec un gardien derrière. La moindre attente pour aller chez le médecin, on est dans une petite cellule. Ça pèse."

Condamné à 18 mois de prison, dont 12 fermes, Stéphane a fait appel. Il est aujourd'hui libre et plus décontracté malgré l’attente de son nouveau procès qui tarde à arriver. "Ça ne m'inquiète pas, explique-t-il. Ça arrivera un jour ou un autre. Quand je reçois un recommandé, il y a une petite alerte, je me dis 'ca y est, c'est reparti'. J'ai pas envie de retourner dans ces bâtiments froids et hostiles." Cette expérience a été traumatisante et injuste selon lui, mais elle (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi