Les seniors sont-ils psychologiquement prêts à se reconfiner ?

Ingrid Bernard
·3 min de lecture
(Illustration - Crédit Getty)
(Illustration - Crédit Getty)

Selon une étude menée par Bluelinea, les personnes âgées de plus de 70 ans semblent mitigées à l’idée d’un reconfinement. Il faut dire que le confinement du mois de mars a laissé des traces...

Les plus de 65 ans sont en première ligne face à l’épidémie de Covid-19. En témoigne le dernier point épidémiologique de Santé publique France. Les contaminations ont été multipliées par six au cours de ces deux derniers mois dans cette tranche d’âge. Mais alors, comment vivent-ils le fait de devoir s’isoler ? Sont-ils psychologiquement prêts à se reconfiner ? Selon un sondage réalisé par Bluelinea auprès des personnes âgées de plus de 70 ans, 46% des interrogés “refusent” cette idée, 43% sont prêts à l’accepter tandis que 11% sont sans avis. “On ne souhaite pas être stigmatisé… mais s’il faut se reconfiner pour notre sécurité et celles de nos familles, alors il faut le faire. Mais déjà que chacun respecte les gestes barrières !”, admet un homme de 71 ans.

Bien conscients du risque qu’ils prennent pour leur santé en s’exposant au coronavirus, ce sont les 80-90 ans qui sont le plus enclins à s’isoler. Les jeunes retraités, de leur côté, redoutent que ces mesures aient un impact sur leur quotidien. Précisons qu’il existe également une forte disparité entre les personnes qui vivent en milieu rural et celles qui vivent en milieu urbain. Les premières considèrent, en effet, qu’elles ont moins de risque d’être touchées par l’épidémie.

Un premier confinement en demi teinte

Il faut dire que, comme toutes les tranches d’âge, le moral de nos aînés a été impacté pendant le premier confinement. À la question, “sur une échelle de 1 à 5, comment évaluez-vous la façon dont vous avez vécu le confinement ?”, les avis semblent mitigés. Les seniors attribuent une note globale de 3,34 sur 5. Il en ressort toutefois que les femmes ont moins bien vécu la situation. S’ils se montrent raisonnables, les 80-90 ans ont davantage souffert de ne pas voir leurs proches. La raison est simple, ces seniors sont globalement moins connectés que les jeunes seniors et plus isolés que les grands seniors (+90 ans).

Face à cet isolement, les plus de 70 ans ont tout de même tenté de maintenir le lien. Le téléphone a largement été plébiscité pendant cette période sans qu’il y ait de distinctions majeures entre la gent féminine et la gent masculine. Les technologies modernes comme les SMS et la visio sont encore sous-utilisées par les anciennes générations. Plus l’âge avance, plus l’exclusion numérique est réelle. Certains n’y voient d’ailleurs pas grand intérêt. À l’image de cette femme de 81 ans qui affirme : “Je n’aime pas trop les textos et l’ordinateur. Le téléphone, c’est plus simple. Et plus chaleureux”.

Majoritairement inquiets (56,19%) face à la recrudescence des cas de Covid-19, les plus de 70 ans semblent s’être fait une raison. 51% d’entre eux estiment que les mesures mises en place par l’État depuis fin septembre sont adaptées.

Ce contenu peut également vous intéresser :