La semaine où… François Fillon a annoncé sa future mise en examen

Libération.fr
Paris, le 1er Mars 2017. Conférence de presse de François Fillon, candidat LR (Les Républicains) à l'élection présidentielle, à son QG après sa convocation pour une mise en examen. COMMANDE N° 2017-0324

En annonçant mercredi, à quelques minutes d'intervalle, sa future convocation chez les juges puis le maintien de sa candidature, François Fillon a cristallisé les tensions au sein de sa famille politique. Et donné un nouveau tour à une campagne présidentielle déjà chaotique.

Tout a commencé mercredi, en début de matinée. Veaux, vaches et cochons, toujours en rangs serrés Porte de Versailles (XVe arrondissement de Paris), n’attendaient que lui. Sur place, les envoyés spéciaux des chaînes d’information en continu s’affairaient avant sa visite tandis que, dans le même temps, quelques-uns de ses plus proches soutiens devaient ouvrir cette journée particulière, censée relancer un début de campagne moribond. Tout était prêt, avant que François Fillon ne se décommande brusquement.

Une nouvelle qui surprenait jusqu’à son conseiller spécial Jérôme Chartier qui avouait, sur France Inter, ne rien exclure quant au motif de cette annulation. Quelques instants plus tard, le vainqueur de la primaire de la droite et du centre donnait rendez-vous aux médias à son siège de campagne, pour une mystérieuse déclaration.

Déclaration «au peuple français»

Les journalistes, fébriles, envisageaient tous les scénarios. Ses soutiens, nombreux sur place, ne laissaient filtrer aucun indice et restaient mutiques. Et François se faisait désirer. Accablé par les révélations du Canard enchaîné, en retard dans sa campagne électorale, François Fillon allait-il renoncer à sa candidature ?

Que nenni. «Mon avocat a été informé que je serai convoqué le 15 mars par les juges d’instruction afin d’être mis en examen. […] Par ce déchaînement disproportionné sans précédent connu, par le choix de ce calendrier, ce n’est pas moi seulement qu’on assassine, c’est l’élection présidentielle. […] C’est au peuple français que je m’en remets. Parce que seul le suffrage universel, et non pas une procédure menée à charge, peut décider qui sera le prochain président de la République. Je ne céderai pas. Je ne me rendrai (...)

Lire la suite sur Liberation.fr

Fillon veut tenir à tout prix, malgré les défections en masse
Selon François Fillon, François Fillon ne pouvait pas se présenter à la présidentielle
«Macron saura-t-il attirer le vote enseignant comme Bayrou en 2007 ?»
Connaissez-vous (vraiment) les candidats aux précédentes élections présidentielles ?
Fillon: la presse se demande jusqu’où il ira

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages