Une semaine d'actualité en Afrique sur France 24

© Studio Graphique FMM
  • Une opération de soldats maliens accompagnés de "personnel militaire étranger" a fait au moins 50 morts civils en avril, sur un total de 96 civils tués au cours du deuxième trimestre lors d'opérations de l'armée, a indiqué, mercredi 31 août, la mission de l'ONU.

  • Le principal parti d'opposition en Angola a annoncé, jeudi 1er septembre, avoir déposé un recours pour contester par voie légale les résultats du scrutin législatif donnant la victoire au parti au pouvoir et un second mandat au président sortant, Joao Lourenço.

Japon - Afrique : chronique d'un rendez-vous économique manqué

Le Premier ministre japonais Fumio Kishida s'est engagé, dimanche, au terme d'un sommet Japon-Afrique à Tunis, à "renforcer son partenariat avec l'Afrique" et à "remédier à une injustice historique", en faisant pression pour que le continent obtienne un siège permanent au Conseil de sécurité des Nations unies. Un programme qui donne l'impression que Tokyo veut jouer un rôle économique plus important en Afrique, mais qu'il faut replacer dans un contexte historique compliqué.

Sénégal : le fléau des sacs plastiques

Le Sénégal produit plus de 4 millions de tonnes de déchets chaque année avec un système de recyclage quasi inexistant. Pour inverser cette tendance, le gouvernement a annoncé la construction de 500 unités qui permettront de recycler notamment les déchets plastiques. En 2020, le pays a pourtant adopté une loi interdisant les plastiques à usage unique, mais sur le terrain elle est rarement respectée. Les rues à travers le pays restent éparpillées de sacs, de sachets et d'autres détritus en plastique.

Après avoir retiré son ambassadeur à Tunis en signe de protestation à l’invitation du chef du Front Polisario, Brahim Ghali, au Forum économique Japon-Afrique qui vient de se dérouler, Rabat multiplie les gestes de mécontentement et les positions hostiles. Vincent Geisser, chercheur à l'Institut de recherches et d'études sur les mondes arabes et musulmans, analyse cette crise diplomatique.

Une carcasse de chameau gît sur une route de Dandu, au Kenya, le 1er septembre. La Corne de l'Afrique se prépare pour la cinquième année de suite à une saison des pluies difficile, selon l'ONU. Les prévisions montrent de fortes chances de conditions plus sèches que la moyenne dans la plupart des régions de la Corne de l'Afrique.

La saison des pluies d'octobre à décembre dans les parties équatoriales de la Corne de l'Afrique contribue jusqu'à 70% des précipitations totales annuelles, en particulier dans l'est du Kenya.

Depuis plusieurs mois, les organisations humanitaires multiplient les alertes sur la dégradation de la situation dans la Corne de l'Afrique, qui fait craindre un drame similaire à celui de 2011, la dernière famine qui avait fait 260 000 morts en Somalie.