Une Semaine d’art en Avignon : Jean Bellorini et Valère Novarina secouent le mythe d’Orphée

Sophie Jouve
·1 min de lecture

Les teintes mordorées cisèlent les feuilles des platanes, les cigales hibernent, l’été indien a pris ses quartiers à Avignon. Pourtant les trompettes de Maurice Jarre, qui sonnent le début d’un spectacle au cœur de l’été, ont retenti à nouveau. Une Semaine d’art en Avignon, clin d’œil à Jean Vilar et aux origines du festival, se déroule du 23 au 31 octobre. Une petite semaine de rattrapage pour voir sept des spectacles annulés en juillet pour cause de covid.

C’est une semaine de consolation pour le public et bien sûr pour les artistes dont le confinement a brisé en plein vol les projets de créations et de tournées qui avaient Avignon comme point de départ. A la Fabrica, salle ultra moderne de spectacle et résidence d’artistes hors les murs, le public affluait ce vendredi pour la première avignonnaise du spectacle de Jean Bellorini : Le Jeu des Ombres. Une alchimie entre le texte de Valère Novarina sur le mythe d’Orphée et les grands airs de l’opéra de Monteverdi cher au metteur en scène.

De ce spectacle qui devait faire l’ouverture du festival dans la Cour d’honneur, l’essentiel du décor a été conservé : des pianos et des claviers éventrés s’entassent dans un chaos subtilement éclairés. Sur scène le voyage poétique et musical rassemble une dizaine de chanteurs-acteurs talentueux, chacun donnant une vraie (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi