La semaine débute dans le rouge pour les actions

par Marc Angrand
·4 min de lecture
LES BOURSES EUROPÉENNES OUVRENT EN BAISSE

par Marc Angrand

PARIS (Reuters) - Les principales Bourses européennes évoluent en baisse en début de séance lundi, l'annonce par la Chine de la plus forte augmentation quotidienne du nombre de cas de COVID-19 depuis cinq mois et le repli des cours du pétrole favorisant des prises de bénéfice après une semaine faste.

À Paris, le CAC 40, qui a progressé de 2,8% la semaine dernière, perd 0,59% à 5.673,40 points à 08h50 GMT. A Londres, le FTSE 100 cède 0,49% et à Francfort, le Dax recule de 0,91%.

L'indice EuroStoxx 50 est en baisse de 0,61%, le FTSEurofirst 300 de 0,58% et le Stoxx 600 de 0,56%.

La Chine a fait état de 103 nouveaux cas confirmés de contamination par le coronavirus en Chine continentale lors des 24 dernières heures, dont 85 transmissions locales, la plupart dans la province du Hebei. Ces chiffres s'ajoutent à ceux toujours préoccupants enregistrés en Europe et aux Etats-Unis, qui font craindre un nouveau durcissement du confinement dans plusieurs pays.

Parallèlement, les investisseurs attendent de connaître les grandes lignes du nouveau plan de relance de l'économie américaine que prépare la future administration Biden. Le président élu doit présenter jeudi ce nouveau plan, qui se chiffrera selon lui en milliers de milliards de dollars.

Toujours aux Etats-Unis, les investisseurs gardent un oeil sur le Congrès, qui se dirige vers un nouveau procès en destitution ("impeachment") de Donald Trump, accusé par les démocrates d'avoir incité ses partisans à lancer l'assaut sur le Capitole mercredi dernier.

VALEURS

La quasi-totalité des grands secteurs de la cote européenne sont orientés à la baisse, les replis les plus marqués étant pour ceux de l'automobile (-1,3%), des services aux collectivités ("utilities") (-1,32%) et du transport et du tourisme (-1,20%).

Les pétrolières, elles, accusent le coup de la baisse des cours du baril: Total, Royal Dutch Shell, Eni et Repsol abandonnent entre 0,5% et 1,5%.

A la hausse, Airbus gagne 1,2% en tête du CAC 40 après le relèvement de la recommandation de J.P. Morgan à "surperformance" et des livraisons 2020 supérieures aux attentes.

Le secteur bancaire est le seul à évoluer dans le vert (+0,04%), grâce la hausse des rendements obligataires.

EN ASIE

Alors que la Bourse de Tokyo est restée fermée pour un jour férié, les marchés chinois ont cédé du terrain, pénalisés par la crainte d'un regain de tension entre Pékin et Washington et la remontée des chiffres de l'épidémie de coronavirus dans le pays.

L'indice SSE Composite de Shanghai a cédé 1,08% et le CSI 300 0,99%.

Séoul a perdu pour sa part 0,12%.

A WALL STREET

Les contrats à terme sur les principaux indices américains préfigurent pour l'instant une ouverture en baisse.

Vendredi, la Bourse de New York a fini en hausse après la promesse de Joe Biden de mettre rapidement en place un plan de relance massif. La séance a aussi été animée par une nouvelle hausse de l'action Tesla, qui fait du fondateur du groupe, Elon Musk, devenir l'homme le plus riche du monde.

L'indice Dow Jones a gagné 56,84 points (0,18%) à 31.097,97 et le S&P-500 a pris 20,89 points, soit 0,55%, à 3.824,68, non loin de son pic historique atteint pendant la séance à 3.826,69.

Le Nasdaq Composite a progressé de son côté de 134,5 points (1,03%) à 13.201,98 points après un record à 13.206,627.

Sur la semaine, le Dow a gagné 1,61%, le S&P-500 1,83% et le Nasdaq 2,43%.

TAUX

Après une hausse de près de 20 points de base la semaine dernière, le rendement des bons du Trésor américain à dix ans se stabilise à 1,1086%.

En Europe, celui du Bund allemand de même échéance recule légèrement à -0,52%.

La semaine sur les marchés obligataires sera animée entre autres par le Livre beige de la Réserve fédérale américaine, mercredi, et le compte rendu de la dernière réunion de la Banque centrale européenne (BCE), le lendemain.

CHANGES

Le dollar poursuit son rebond, un mouvement qu'alimentent à la fois la remontée des rendements obligataires américains, l'anticipation de nouvelles mesures de relance appelées à creuser les déficits des Etats-Unis et le regain d'aversion au risque.

L'indice qui mesure les fluctuations du billet vert face à un panier de référence progresse de 0,22% et l'euro évolue sous 1,22 dollar après être revenu à 1,2167.

PÉTROLE

Les cours du brut sont en net repli après quatre séances consécutives de hausse, l'impact de la réduction annoncée de la production saoudienne cédant le pas aux inquiétudes pour la demande face à la recrudescence de l'épidémie en Chine notamment.

Le Brent abandonne 0,8% à 55,54 dollars le baril et le brut léger américain (West Texas Intermediate, WTI) 0,5% à 51,98 dollars.

(édité par Patrick Vignal)