Selon leur mère, les enfants disparus de l’Idaho étaient "devenus des zombies"

De nouveaux documents de la justice évoquent une possible raison à la mort de JJ et Tylee Vallow, dont les corps ont été retrouvés plusieurs mois après leur disparition sur la propriété de leur beau-père.

JJ et Tylee ont-ils été victimes de croyances macabres ? De nouveaux documents de la justice évoquent une possible théorie dans la mort des deux enfants de 7 et 17 ans, disparus depuis septembre dans l’Idaho. Leur mère, Lori Vallow, actuellement en prison, croyait que ses enfants étaient devenus des zombies, indiquent ces documents cités par FOX News. D’après une amie interrogée par la police, la mère de famille faisait référence à ce terme de «zombie» pour décrire «un individu dont l’esprit mortel a quitté son corps et dont le corps est désormais l’hôte d’un nouvel esprit».

Le lieutenant Ron Ball explique que «le zombie est alors toujours considéré comme un esprit sombre». «Alors que "l'esprit sombre" habite le corps hôte, le véritable esprit de la personne entre dans les "limbes" et y est coincé jusqu'à ce que le corps hôte soit physiquement tué», écrit-il dans son rapport. Lori Vallow et son nouvel époux Chad Daybell, chez qui les corps des deux enfants ont été découverts le 9 juin dernier, sont tous les deux membres d’une secte religieuse mormone qui prépare le retour de Jésus sur Terre ainsi que la fin du monde. Ils auraient expliqué à la police que leur mission était par ailleurs de «se débarrasser des zombies». Lors d’un interrogatoire, Lori Vallow, qui a refusé jusqu’au bout de dire où se trouvait les deux enfants, a confirmé que le petit JJ, souffrant d’autisme, était devenu un zombie, «qu’il aimait Satan et qu’il restait immobile à regarder la télévision».

L'oncle impliqué?

Chad Daybell est un prédicateur important auprès de ce groupe. Ce dernier a épousé Lori Vallow seulement deux semaines après la mort de sa femme Tammy Daybell. Dans un premier temps, son décès avait été qualifié de naturel mais son corps(...)


Lire la suite sur Paris Match