Selon l'OCDE, le financement climat des pays développés aux pays du Sud est insuffisant

·2 min de lecture

Le financement climat fourni par les pays développés aux pays en développement est insuffisant. Il a atteint 78,9 milliards de dollars en 2018, selon un rapport de l'OCDE. Un montant loin des promesses. En effet, les pays du Nord se sont engagés, en 2009, à porter à 100 milliards de dollars d'ici 2020 l'assistance aux pays du Sud.

Il s'agit d'une aide qui doit permettre aux pays pauvres de s'adapter aux impacts du changement climatique et réduire leurs émissions de gaz à effet de serre.
Mais les pays riches tardent à se mobiliser.

Les pays du Sud sont les premières victimes des impacts du dérèglement climatique, alors que les pays du Nord sont responsables de ce réchauffement. Leur immobilisme a donc de quoi mettre les pays pauvres en colère. En plus, les pays riches sont accusés de tricher.

Des projets qui ne concernent pas le climat

De son côté, l'ONG Oxfam a révélé que sous une étiquette de « financement climat » se cachent souvent des projets qui concernent très peu le climat : par exemple, si le financement d'une construction de bâtiment est comptabilisé entièrement, sous prétexte qu'il intègre des panneaux solaires. Ainsi, selon Oxfam, à peine un tiers des financement représente une véritable assistance climat.

Autre sujet de mécontentement, la répartition de l'aide. À peine un peu plus de 20% sont destinés à l'adaptation. Or, les conséquences du changement climatique sont désastreuses pour les pays du Sud : sécheresses, incendies, inondations. Les besoins pour s'y adapter sont immenses. Le Programme des Nations unies pour l'environnement estime que ces besoins pourront atteindre 300 milliards de dollars par an d'ici 2030.

Ainsi, même si la promesse de 100 milliards de dollars d'aide annuelle était respectée, ces fonds seraient loin d'être suffisants.