Selon Jean-Luc Mélenchon, «Emmanuel Macron et lui parleront d’une seule voix sur l'Ukraine»

Thomas Hubert / SIPA

Le leader de la France Insoumise/NUPES est revenu, vendredi 17 juin sur BFM, sur le déplacement d’Emmanuel Macron à Kiev, le conflit ukrainien, son souhait de devenir Premier ministre, mais aussi les élections législatives. Le député du Nord Adrien Quatennens s’est également exprimé sur Europe 1.

Jean-Luc Mélenchon a débuté l’entretien en répondant sur le conflit ukrainien, et plus précisément sur une potentielle adhésion de l’Ukraine à l’Union européenne : « Cela ne mange pas de pain. On peut inscrire la procédure, ce qui est le démarrage. Dans le moment, c’est une démarche un peu symbolique pour dire aux Russes que nous supportons l’Ukraine. Maintenant, doucement sur les enthousiasmes soudains. » Il a ajouté que, pour sa part, il « ne voterai[t] aucune nouvelle adhésion à l’Union européenne sans harmonisation sociale. »

Il a expliqué sa logique en prenant pour exemples la Moldavie et le régime social ukrainien : « Le président a même évoqué la Moldavie. Aujourd’hui, le salaire minimum ukrainien est de 138 euros, le SMIC de Moldavie est de 50 euros. Si vous voulez organiser une énorme dépression de dumping sociale, il n’y a qu’à faire une adhésion sans qu’ils se mettent à niveau […] Oui pour une adhésion si l’Union européenne change ses méthodes. Sinon c’est du travail détaché. » Adrien Quatennens a utilisé les mêmes exemples sur Europe 1.

Sur la livraison d’armes au pays envahi, Mélenchon a déclaré, qu’une fois Premier ministre, il parlerait avec Emmanuel Macron au nom d’une seule voix : « J’ai dit depuis le début, et y compris quand les premiers canons Caesar sont arrivés que je ne m’exprimerai pas sur l’armement aussi longtemps que j’aurais l’occasion d’être candidat-Premier ministre d’un président qui n’est pas de mon bord […] Lui et moi parlerons d’une seule voix si je suis Premier ministre. Puisque les canons y sont, j’approuve. » Pour lui, il en va de la protection des Français et de la diplomatie : « Je ne prendrai pas le risque de montrer aux Russes que les Français sont divisés. Je dis de faire(...)


Lire la suite sur Paris Match

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles