«Une grève durable serait préjudiciable pour l’image du pays», selon France Tourisme

De Jaeger, Jean-Marc
L’agence France Tourisme organise des excursions à la journée en Ile-de-France, en Normandie et dans la Loire, notamment. / France Tourisme

INTERVIEW - La grève du 5 décembre va-t-elle compromettre les séjours des touristes en France? Ghislain de Richecour, président de France Tourisme, répond au Figaro.

D’un côté, des voyageurs Français cloués au sol en raison de la grève des aiguilleurs du ciel. De l’autre, des touristes étrangers de passage en France en pleine grève nationale. Le mouvement social qui débute ce jeudi 5 décembre devrait peu compromettre le programme des visiteurs ayant prévu de rester à Paris. Mais si les perturbations à la SNCF perdurent, les touristes qui ont planifié une escapade en région devront repousser voire annuler leur visite des marchés de Noël d’Alsace ou les châteaux de la Loire.

Ghislain de Richecour préside France Tourisme, agence spécialisée dans les visites guidées et les excursions au départ de Paris. Il explique au Figaro dans quelle mesure la grève nationale va perturber le séjour de ses clients étrangers, essentiellement Anglo-Saxons et Sud-Américains à cette période de l’année.

» À lire aussi - Grève SNCF, que faire si vous devez prendre l’avion le 5 décembre et au-delà

Le Figaro. - Votre agence organise des excursions à la journée à quelques heures de Paris, notamment au Mont Saint-Michel et pour visiter les châteaux de la Loire. Vos clients pourront-ils quand même se rendre dans ces lieux?

Ghislain de Richecour. - Toutes nos excursions sont réalisées en bus ou en mini-bus. Aucune d’entre elles n’est annulée. Si les trajets vers la Normandie ou la Loire étaient réalisés en train, nous aurions effectivement eu des difficultés à transporter nos clients. L’un des principaux problèmes concerne le pré-acheminement des touristes. Nous recourons à des VTC pour les conduire de leur hôtel au point de départ de nos excursions. Problème, le prix des VTC risque de flamber pendant la grève. Ce sont des surcoûts que nous devrons supporter et ne pas répercuter sur les touristes.

Paradoxalement, la grève pourrait avoir un effet bénéfique sur nos activités en région. Les (...) Lire la suite sur Figaro.fr

Tourisme: les grèves pourraient coûter jusqu'à un milliard d'euros 
Grève SNCF: voici les alternatives pour vous déplacer en France 
Le monde du tourisme au chevet de Notre-Dame de Paris 
Inscrivez-vous à la newsletter du Figaro